À la rescousse de la biodiversité

Par Ariane Lalonde et Marilou Lebrun (2011)

À la rescousse de la biodiversité

 

Description du problème

 

La planète subit des bouleversements majeurs depuis quelques années. Au fil du temps, nous voyons apparaître de plus en plus de catastrophes naturelles. Des espèces d’animaux et de végétaux disparaissent à chaque jour. La biodiversité est sérieusement menacée. Elle se définit comme étant la diversité de toutes les espèces vivantes. Celle-ci permet l’équilibre constant de tous les écosystèmes et permet la vie sur la Terre.

dGFWRDTHRT7YKM

La diminution de la biodiversité est un des problèmes environnementaux les plus importants sur notre planète. Des chiffres inquiétants démontrent l’importance du problème. E.O Wilson, Harvard University (un des plus éminents biologistes de notre époque), déclare dans The Diversity of Life : << On estime aujourd’hui que entre 1 et 10% des espèces sont éliminés à chaque décennie, soit environ 27 000 chaque année. >> De plus, d’ici 2030, environ un cinquième des espèces va disparaître. Elle est la source même de notre consommation de tous les jours. Elle nous procure tout ce dont nous avons besoin avec, entre autres, la nourriture, l’oxygène, le cycle de l’eau, la régulation du climat, nos médicaments, notre bois pour nos maisons, nos vêtements, les technologies et notre confort. Si la biodiversité diminue, les conséquences se ressentiront dans toutes les sphères de notre quotidien. Nous sommes présentement dans une vague d’extinction massive et, si les humains ne font rien pour remédier à cela, leurs jours seront comptés à leur tour. Il ne faut pas croire que nous sommes intouchables, nous serons même parmi les premiers à souffrir de cette extinction, car nous sommes au sommet de la chaîne alimentaire.

La-biodiversite-31

Solutions

 

Un pays novateur a trouvé une solution des plus efficaces pour résoudre ce problème. Le gouvernement du Costa Rica, en 1949, a décidé de retirer son armée et de consacrer ses efforts et son argent à l’éducation, la santé et principalement l’environnement. Le Costa Rica possède 6% de la biodiversité mondiale, alors qu’il ne couvre que 0.03% de la surface terrestre. Avec ses 26% de parcs nationaux, le Costa Rica attire des millions de visiteurs avec son éco-tourisme. Ces visiteurs, d’ailleurs, contribuent à préserver cette biodiversité. Lorsqu’ils viennent visiter ce pays, ils se retrouvent dans un environnement qui n’est pratiquement pas transformé au coeur d’îles, de plages, de forêts tropicales humides ou sèches, de volcans, de sources thermales, de grottes, de montagnes, de canyons, de fleuves et de chutes d’eau. Il est l’un des 14 pays à avoir placé plus de 23% de son territoire sous protection. Un autre projet a été de financer les propriétaires de terres pour augmenter la superficie de la forêt. Celle-ci a passé de 24%, en 1985, à 46% en 2010. Cela équivaut presque à un arrêt complet de la déforestation. En préservant ainsi la forêt, le Costa Rica préserve à la source sa biodiversité, car la forêt est le milieu de vie de milliers d’espèces vivantes. De plus, avec la photosynthèse, les arbres présents en grande quantité peuvent absorber le CO2 dans l’air. Évidemment, le Costa Rica doit aussi alimenter son pays et il utilise 95% d’électricité verte en utilisant l’hydroélectricité, l’énergie solaire, la géothermie et l’énergie éolienne, ce qui est remarquable. D’ici quelques années, il devrait arriver à produire 5% de son électricité avec l’énergie éolienne. Le pays a aussi décidé d’imposer des lois pour préserver ses ressources et a signé 45 traités environnementaux à l’échelle internationale, principalement entre 1990 et 2003. Il impose aussi, dans son pays, plusieurs normes environnementales : la Loi Organique du Ministère de l’Environnement et de l’Énergie (1993) ; la Loi de l’Environnement (1995) ; la Loi Forestière (1996) et la Loi sur la Biodiversité (1998). Un autre projet a été mis sur pied pour les carburants. Le gouvernement donne le choix à ses citoyens de choisir entre l’essence habituelle ou l’essence mélangée avec de l’éthanol 5% (un alcool issu de la fermentation du sucre). Si la réaction de la population est positive, il aimerait implanter de l’essence avec 10% d’éthanol qui serait produite avec la canne à sucre du Costa Rica. On retrouve aussi plusieurs instituts ou écoles de recherche dont l’Institut National pour la Biodiversité qui est un centre de recherche privé à but non lucratif. La recherche prend une place importante dans ce pays qui veut atteindre le développement durable et conserver son patrimoine naturel pour les générations à venir.

392px-Costarica_rainforest1

Forêt pluviale au Sud-Est du pays

Avec toutes ces nouvelles mesures, ce pays pourra certainement atteindre son objectif d’être le premier pays à être neutre climatiquement en 2021. Nous devrions tous prendre exemple sur eux, le Costa Rica est un pays modèle en ce qui concerne la sauvegarde de l’environnement.

Wikipédia Histoire du Costa Rica

Wkipédia Biodiversité

Wikipédia Costa Rica – images colibri et forêt

Article 20minutes.fr

Article lemarchecitoyen.net

Ambassade du Costa Rica

Caricature

Ce contenu a été publié dans Costa Rica. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *