Biodiversité au Caucase

Par Sonia Gagné (2008)

Problème environnemental de la Géorgie au Caucase

 

Caucase :

Le Caucase est traversé par 5ooooo kilomètres carrés  de montagnes en Eurasie, situées entre la Mer Noire et la Mer Caspienne. Il est entouré par l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Russie, l’Iran et la Turquie.

 

Description du problème :

Le Caucase, faisant partie de la Géorgie, est un pays dont la biodiversité est très riche. Toutefois, cette biodiversité est menacée. Ceci touche présentement les forêts, les écosystèmes de haute montagne et les paysages secs de cette région, ce qui est très alarmant. La biodiversité y est 2 fois plus riche que celle que l’on retrouve dans les régions voisines de l’Europe et de l’Asie. Ce problème est dû aux activités humaines. Les principales menaces sont l’exploitation clandestine des forêts (déboisements), pour la récolte du bois combustible, le commerce du bois et le surpâturage. Ici, on parle de 70 % de forêts de chênes et de hêtres qui ont été exploitées pour la production de bois de feu ou de bois de construction. Il y a également commerce illégal des espèces sauvages, entre autres celle de l’esturgeon. Pour cette espèce, qui est en péril depuis longtemps, on cherche des mesures qui doivent être prises pour mettre fin à ce commerce illégal (comme le braconnage et la surpêche illégale du caviar). Le développement des infrastructures et la pollution des rivières et des zones humides, contribuent à la disparition de cette biodiversité. Avec ces activités, 51 espèces sont en danger critique d’extinction, dont la saïga (antilope européenne que l’on retrouve dans les steppes sèches et les déserts semi-arides de l’Asie centrale). Cet animal est reconnaissable à son nez très arqué descendant sur la bouche et donnant l’aspect d’une trompe. « Saïga » est un mot russe qui veut dire « antilope ». De plus, les populations d’herbivores, comme le cerf rouge, ont malheureusement chuté au cours du siècle dernier.

 

Sans_titre_2

Stratégie abordée :

Cependant, une stratégie a pourtant été employée. Le CEPF (Critical Ecosystem Partnership Fund), qui représente les fonds de partenariat pour les écosystèmes critiques, a été fondé suite aux résultats d’ateliers qui réunissaient les parties intéressées en s’appuyant sur les rapports coordonnés par le programme du WWF (World Wildlife Fund / Fonds mondial de la vie sauvage) Caucase. Ceci a permis l’élaboration d’un plan, pour conserver et restaurer cette biodiversité du Caucase. Il joue un rôle dans la préparation du profil de l’écosystème. Cette stratégie, dont l’objectif est de conserver ses 51 espèces, fut développée sur la base d’ateliers. Des intervenants, des rapports de base, font aussi partie de ce développement. De plus, cent trente experts ont participé à la préparation de ce document. Pour plus d’information, le CEPF s’est orienté vers quatre stratégies, dont le but est : 1) de soutenir les efforts de la société civile, tout cela, pour promouvoir la coopération transfrontière et l’amélioration des systèmes atmosphériques, dans cinq couloirs cibles. Il s’agit de sensibiliser davantage la société du Caucase, pour permettre le plus possible un environnement sans pollution. Ceci permettra la conservation d’un environnement sain pour ces cinq couloirs. 2) De renforcer les mécanismes de conservation de cette biodiversité, en portant une attention particulière aux espèces en difficulté, ce qui signifie de porter encore plus attention a l’environnement de ces espèces. 3) Appliquer des modèles de démonstration, pour l’utilisation durable des ressources dans cinq couloirs cibles, afin d’éviter le plus possible la perte des ressources naturelles de ces animaux. 4) D’accroître la sensibilisation des décideurs à la conservation de cette biodiversité au Caucase. Ces cinq corridors de conservation sont : le Grand Caucase, la mer Caspienne, le Caucase Lesser Ouest et Est et l’Hyrcan.

 

Solution :

Cette stratégie a mené à une solution. Pour le bien de l’écosystème, des couloirs ont été délimités pour conserver ces espèces et leurs principaux habitats, sans qu’ils soient touchés par les activités humaines. Les solutions apportées et le suivie par le WWF et le CEPF font en sorte que la biodiversité et que les espèces vivantes soient protégées à l’échelle mondiale.

 

Auteur : Sonia Gagné

Référence :  The Caucasus biodiversity

Référence :  Investment Strategy for the Caucasus Hotspot

Référence : Saïga

Ce contenu a été publié dans Géorgie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *