Kimberley , la ville à l’énergie solaire.

Vanessa Vernier et Marie-Philippe Lefebvre (2015)

Kimberley , la ville à l’énergie solaire.

 

Problème

Il y a 2 types de mines dans le monde : des mines à ciel ouvert et des mines souterraines. Ces mines peuvent exploiter plusieurs choses différentes par exemple le fer, l’or, le charbon, … Par contre , chacune de ces mines présente un gros problème pour l’environnement : les émissions de gaz à effet de serre (GES) produits par les mines durant le processus minier.

L’augmentation trop élevée des émissions de gaz à effet de serre est l’une des causes du réchauffement climatique de la planète. Les mines contribuent au réchauffement global. La grande majorité des émissions de GES sont produites lors du fonctionnement des équipements lourds et des fours de transformation. Ces gaz forment un effet de serre qui laisse passer l’énergie en provenance du soleil, mais retient une partie de la chaleur. Ce phénomène naturel qui est nécessaire à notre survie , est, à cause des activités humaines,devenu un problème inquiétant, car cela entraîne une augmentation fulgurante de la température mondiale, ce qui engendre d’autres problèmes tels que la fonte des glaciers.

 

De plus, l’échec de la remise en état d’une mine (garder la stabilité physique, la stabilité chimique et l’aspect esthétique du site après sa fermeture) peut provoquer la destruction complète d’écosystèmes. Les rejets de toxines des eaux usées contaminées vers l’eau des océans peuvent aussi entraîner la détérioration des écosystèmes aquatiques. Par exemple, les effluents de certaines mines de métaux ont un effet direct sur la qualité de l’eau, sur la qualité des sédiments et sur les communautés de poissons et de crustacés vivant dans ces eaux. Lors des travaux miniers (excavations et pompages)  le drainage minier acide (DMA) a pour conséquence d’acidifier l’eau, de ralentir la croissance des espèces touchées et peut même empêcher la croissance des algues pour, par la suite, contaminer les poissons. En effet, pour extraire le minerai on doit d’abord écraser la roche pour ensuite la traiter avec des produits chimiques (un solvant contenant de l’eau et de l’acide sulfurique ou une solution de cyanure de sodium) qui vont permettre l’extraction du produit final.

Au Canada, en moyenne, pour chaque tonne de cuivre on extrait 99 tonnes de matières superflues. Ces produits se retrouvent alors, en grande partie, dans nos eaux. De plus, la sédimentation à cause de routes mal construites et la contamination de l’eau durant la construction d’une mine peuvent faire émerger d’autres grands problèmes tels que l’extinction d’espèces marines et la contamination des eaux. Dre Isabelle Gingras, de l’Association canadienne des médecins pour l’environnement, avoue que les normes des mines ne sont pas suffisamment compte des effets sur la santé et sur l’environnement . Elle affirme que : « les normes actuelles ne sont pas adaptées à la réalité des effets sur la santé des mines à ciel ouvert. Nous avons besoin de nouvelles normes pour les poussières, le bruit et les impacts psychosociaux générés par l’exploitation minière. »

Dans certains cas, il y a des mines qui ne sont pas bien encadrées. Par exemple, la mine d’or Canadian Malartic, selon les calculs de la coalition Québec meilleure mine, a reçu 137 avis de non-conformité de la part du ministère de l’Environnement depuis sa mise en exploitation. Malgré cela, elle est toujours en fonction. Ces mines ne causent pas seulement des problèmes environnementaux, elles peuvent aussi provoquer ou amener des problèmes de santé auprès des personnes vivant à proximité des mines. La poussière éjectée par celles-ci peut entraîner des hausses d’hospitalisation et même des décès prématurés chez les gens plus vulnérables. Le bruit des mines peut aussi créer du stress et de sérieux problèmes d’anxiété.

 

Solution:                                                                                                      Source: http://commons.wikimedia.org/wiki/File:PanSol1.jpg  800px-PanSol1

 

Une ville de la Colombie-Britannique aurait peut-être trouvé une solution plutôt encourageante . Cette ville, nommée Kimberley, est désormais la première ville au Canada à posséder et à gérer sa propre centrale solaire. Connue sous le nom de Sun mine, cette centrale sera la plus importante de l’ouest du Canada en disposant d’une capacité de production de 2 gigawatts, ce qui représente la consommation de 180 maisons, selon BC hydro.

L’économie de Kimberley a pourtant longtemps reposé sur l’industrie minière. En effet, ce fut le cas pendant près de 100 ans. La mine Sullivan aurait généré 20 milliards de dollars pour l’économie de la communauté. Après la fermeture de cette mine de zinc et de plomb, près de 4000 employés ont perdu leur emploi. Les élus municipaux devaient trouver une solution pour redémarrer l’économie de cette petite ville. En 2001 une proposition qui semblait intéressante s’est offerte à la ville de Kimberley, un des investisseur cherchai,t en 2008, un endroit pour développer un projet de centrale solaire au pays. Ce projet consistait à alimenter une ville a l’aide de panneaux solaires qui seraient installés en rangées et reliés entre eux et capteraient la lumière du soleil. Par la suite, sous l’effet de la lumière, le matériau conducteur contenu dans chaque cellule (le silicium), libère des électrons pour créer un courant électrique continu. Le courant est par la suite modifié en courant alternatif par un onduleur afin qu’il soit plus facile à transporter dans les lignes à moyenne tension du réseau.

La ville de Kimberley se trouvait à être l’endroit rêvé pour mettre en place un tel projet. En effet, la ville est ensoleillée 300 jours par année. Selon Ron McRae, maire de Kimberley de 2011 à 2014 :« la fermeture de la mine a été une étape importante dans l’évolution de la communauté. » En effet, cette avancée serait fortement bénéfique pour le Canada qui, pour l’instant, se retrouve au 10e rang des pays qui ont le plus contribué au réchauffement climatique sans tenir compte de la population et de la superficie des pays.

 

Sources:

Wikimedia

L’énergie D’avancer

Le Devoir

Radio Canada

FEPS

Le Devoir

jeunes.edf.com

Ressources naturelle Canada

Environnement Canada

Affaires autochtones et Développement du nord Canada

Ce contenu a été publié dans Canada, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *