La désertification de la Chine

Par Simon Cuillerier, Mathieu Dehoey et Marc-André Georges (2010)

La désertification de la Chine

sable-chine­­

Comme nous le savons, la Chine est la proie de plusieurs problèmes environnementaux. La qualité de vie des Chinois est maintenant menacée par une hausse de tempêtes de sable et de poussière causée par la désertification  qui augmente de façon catastrophique. Le nord de la Chine est l’endroit du pays le plus touché. Des villes importantes sont frappées, comme Beijing, par exemple.

La désertification serait causée par la surexploitation des terres ce qui appauvri le sol. Étant donné le haut taux de population, la demande de produits alimentaires est très élevée. De plus, Mao Zedong, président chinois en place de 1949 à 1954, voulait encourager le développement rapide de la population. Plusieurs villages ont dû être déplacés à travers le pays dans des régions inhabitées où l’écosystème était fragile. M. Mao a ensuite modifié le paysage de la Chine en forçant la déforestation, l’assèchement des lacs et des marais, le terrassement des montagnes et la modification des bassins hydrauliques. En Chine, la consommation de viande connaît aujourd’hui une hausse importante. En effet, la Chine coupe 400 millions de têtes alors que les États-Unis en coupent 8 millions !

Cette désertification apporte énormément de conséquences. Par exemple, dans certaines régions, ils ont reçu de la pluie et de la neige jaunâtres. De plus, cela cause des troubles physiques comme des maladies respiratoires et des démangeaisons aux yeux. Les terres consacrées à l’agriculture rétrécissent, passant de 90 millions d’hectares à 76 millions en 2003. Ces terres comptent pour seulement 7% du territoire chinois. En tout, c’est plus de 2,67 millions de km2 de désert, ce qui équivaut à 27,9% de toute la Chine. Depuis 1950, le nombre de tempêtes de sable augmente chaque année.  Exemple : entre 1950 et 1959 il y a eu 5 tempêtes et, en 2001 seulement, il y en a eu plus de 26. La perte économique causée par la désertification est désastreuse. On évalue les dommages à plus de 6 milliards de dollars US par année.

image_1153

Par contre, la Chine ne s’affaisse pas aussi facilement. Plusieurs solutions ont déjà été mises en place, comme la muraille verte qui consiste à tenter de ralentir la vitesse de désertification grâce à la plantation d’arbres. Depuis le début de cette lutte, 10 milliards de Chinois ont planté au-dessus de 49,2 milliards d’arbres. Cette muraille s’étend sur 4500 km et occupe une superficie de plus de 36 000 km2. Devant cette barrière verte, des murets seront installés et, derrière, des plantes génétiquement modifiées qui peuvent pousser dans le sable. Cette opération coûtera 8 milliards de dollars. Le gouvernement voudrait mettre au point un système de supervision.  Une autre solution proposée par le gouvernement serait de modifier les techniques de culture qui permettront au riz de pousser à travers le sol sablonneux.

Plus de cent méthodes de prévention comme celle-ci ont été trouvées depuis 1978, la plupart couronnées de succès. En plus, la Chine mène actuellement des campagnes de sensibilisation pour la prévention et le contrôle de ce phénomène. Heureusement, la Chine peut compter sur des pays proches, comme le Japon et la République de Corée, pour lutter contre ce désastre. D’ailleurs, le ministre de l’environnement du Japon a déclaré que, si ce problème est résolu, l’amélioration de l’environnement planétaire sera immédiate. Durant toute son histoire, la Chine a toujours su résoudre ses problèmes. Même les Chinois vivant en milieu rural veulent se faire entendre. Lorsqu’ils se sentent menacés par la dégradation de l’environnement, certains en avisent les autorités locales.

Les médias, quant à eux, publient et décrivent l’ampleur de cette catastrophe. Voilà une des plus grandes préoccupations la Chine et ce ne sera pas rare d’en entendre parler dans les médias d’ici.

Chinafrique

Mediaterre

Strasbourg

Chine info

Vertigo

Ce contenu a été publié dans Chine. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *