La face cachée des menstruations

Ève Charland et Karianne Drisdelle (2019)

La face cachée des menstruations

Actuellement, dans le monde, il y a environ 2 311 807 623 femmes âgées entre 15 et 69 ans qui doivent quotidiennement vivre avec les inconvénients des menstruations. Partout sur la planète, ces femmes consomment près de 1447 serviettes hygiéniques par seconde!  Avec autant de déchets menstruels accumulés si rapidement, imaginez l’impact environnemental de ceux-ci au fil des années.

Le gaspillage d’eau   

Les protections hygiéniques telles que les serviettes jetables et les tampons sont habituellement composées  de coton non-biologique. À elle seule, la culture du coton requiert 25% de tous les insecticides utilisés dans le monde!  De plus, la culture du coton cause la dégradation des sols, l’érosion et la contamination de l’eau. Après le riz et le blé, la production du coton est la culture qui demande la plus grande quantité d’eau. En effet, alors que plusieurs centaines de millions de personnes n’ont pas accès à l’eau potable,  entre 7000 et 29 000 litres d’eau sont utilisés pour produire 1 kilo de coton.  Cette quantité d’eau équivaut à environ 365 douches pour un seul kilo de cette matière imbibée de pesticides.

De plus, les fibres synthétiques, notamment très utilisées dans les protections féminines,  sont très énergivores, polluantes et contribuent aux changements climatiques. Ces produits sont faits en très grande partie de pétrole, une ressource dont le processus de production est très exigeant pour l’environnement. Au Canada, une grande partie de l’économie est fondée sur l’exploitation des sables bitumineux, une substance goudronneuse,  extraite des gisements de bitume. Selon l’organisme Greenpeace Canada, l’extraction des sables bitumineux pollue les rivières, imprègne l’air de toxines nocives et produit une énorme quantité d’émissions polluantes, ce qui, évidemment,  est très mauvais pour la santé de notre planète. Bref, ces essentiels du quotidien féminin sont beaucoup plus nocifs que vous le pensez.

Trop d’emballage inutile    

source

                                                                        

Et si nous vous disions qu’en 2009, l’organisme Ocean Conservacy a ramassé environ 24 600 tampons et applicateurs sur les plages les plus polluées de la planète. Cette problématique est autant présente sur la terre ferme que dans les océans. De plus, les serviettes hygiéniques et les tampons peuvent contenir de faibles quantités de dioxines. La provenance de ces dioxines est difficile à identifier, car les entreprises n’ont pas l’obligation de révéler leurs procédés de fabrication.  Ces compagnies demeurent donc discrètes à propos de la longue liste de produits chimiques utilisés dans leur usines. Selon L’Organisation Mondiale de la Santé, les dioxines peuvent affecter négativement la procréation, le système immunitaire,  le système hormonal et même provoquer des cancers chez l’humain. Cette substance chimique est un polluant organique persistant dans l’environnement. Après avoir passé un moment dans les dépotoirs, les serviettes sanitaires et les tampons finissent leur chemin dans les océans du monde entier. Par malheur, beaucoup trop d’animaux marins ingèrent involontairement ces déchets et finissent par en mourir.

La coupe menstruelle une nouvelle tendance?

source

Pour remédier au problème, soit l’utilisation excessive de protections hygiéniques non- réutilisables, plusieurs solutions avantageuses pour les femmes et pour l’environnement sont maintenant disponibles. Parmi celles-ci, l’une des plus connues et des plus efficaces est la coupe menstruelle.  Cette révolution féminine est créée en 1867, mais popularisée par le canadien Lester J. Goddard en 1933. La coupe menstruelle est fabriquée en grande partie de silicone et est sans BPA, inodore et sans colorant, ni teinture. En plus de son utilisation simple, cette protection peut être portée pendant 12 heures sans être retirée et sans fuites.

Sa composition de silicone assure une protection contre le syndrome du choc toxique. Le SCT ( syndrome choc toxique) est une maladie causée par la propagation d’une bactérie dans le sang, qui peut créer chez l’individu atteint des vomissements graves, des douleurs musculaires, une hypotension artérielle et beaucoup d’autre symptômes.

Malheureusement, la coupe menstruelle peut, pour certaines femmes, être inconfortable et provoquer un certain dégoût au moment de son insertion. Malgré ces petits inconvénients, cette solution est bénéfique pour votre portefeuille, pour l’environnement et pour votre santé, En effet, les risques d’infections ou d’irritations vaginales sont aussi grandement réduits grâce à cette innovation.

En plus de tous ces bienfaits, la coupe menstruelle est une solution bien appréciée par la planète! Oui oui, cette protection hygiénique est réutilisable et lavable, donc dites adieu à vos tampons et vos serviettes non-biodégradables! La coupesi bien entretenue, peut avoir une durée de 10 ans et ne coûte que 40$. Par année, une femme doit investir environ 983$ dans l’achat de protections hygiéniques, donc en 10 ans, avec l’acquisition de la coupe, les femmes pourront économiser environ 9 790$! Imaginez tout ce que vous pourriez faire avec cet argent, en plus d’avoir contribué à un environnement moins pollué et plus en santé! Oui, avec la coupe, vous pourriez contribuer à réduire la production des détritus menstruels que sont les tampons et les serviettes hygiéniques non-réutilisables. Une femme utilisant cette solution écologique tout au long de sa vie évitera  l’utilisation d’environ 15 000 déchets hygiéniques.

Êtes-vous prêtes à changer vos habitudes? 

Bref, ce problème peut sembler mineur aux yeux de la population, mais lorsque nous réalisons l’ampleur des déchets produits par les femmes chaque année et leurs conséquences,  il est concevable de vouloir changer nos habitudes hygiéniques. Saviez-vous qu’une serviette hygiénique prend entre 500 et 800 ans avant de se décomposer entièrement? C’est par des gestes simples comme l’utilisation de la coupe menstruelle et l’abandon des protections non-réutilisables que les femmes de partout à travers le monde peuvent aider l’environnement pour nous assurer un avenir meilleur. La coupe menstruelle n’est qu’une solution parmi des dizaines d’autres. Si celle-ci ne vous convient pas, il est maintenant possible d’acheter des tampons et des serviettes réutilisables, biodégradables en pharmacie ou sur internet. Ces achats à long terme sont si faciles à intégrer dans le quotidien d’une femme!  Aux femmes lectrices de cette article, seriez-vous prêtes à faire le grand saut vers la coupe menstruelle?


Références:

image mise en avant

Organisation Mondiale de la Santé

Greenpeace Canada

LaPresse

Ce contenu a été publié dans Canada, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *