La nature se déchaîne au Japon

Par Sammy-Joe Camara et Alexandra Dugal (2012)

La nature se déchaîne au Japon

 

Problème :

 

À cause de problèmes environnementaux, la Terre libère beaucoup de sa force et réagit face aux changements dont elle est victime. Certaines causes naturelles, telles qu’un séisme ou un tsunami, peuvent causer des catastrophes qui mènent à un problème environnemental.

Le 11 mars 2011, un séisme et un tsunami ont frappé le Japon. La centrale nucléaire Fukushima Daiishi a été touchée et cette catastrophe a libéré une grande quantité de  radioactivité. Cette force nuisible peut toucher les cellules du corps humain, ce qui peut créer une modification du code génétique qui entraîne souvent des mutations ou encore la mort de certaines cellules qui crée des problèmes tels que la paralysie cérébrale qui peut empêcher certains membres de bien fonctionner ou causer un déficit de langage. Cette modification cellulaire peut affecter la progéniture de la personne touchée par la radioactivité.

Nous parlons de modification cellulaire lorsque la dose de radioactivité dans notre corps est de moins de 5 grays. Si elle est plus élevée que ce chiffre, la mort est certaine pour l’être humain touché. Un gray équivaut à 100 rad, qui est la dose d’absorption de radioactivité. Cette radioactivité peut créer de graves cancers, parfois mortels, tels que la leucémie.

La centrale Fukushima est située à 250km au Nord de Tokyo, sur les côtes du Pacifique. Cette bâtisse, qui a plus de 40 ans, n’a jamais été conçue pour résister au tsunami qui a détruit ses installations. Cette catastrophe naturelle a causé la mort de plus de 28000 Japonais incluant les disparus.

Après le séisme et le tsunami, le courant électrique de la bâtisse a été rompu, ce qui a entraîné l’arrêt de la circulation d’eau sur les six réacteurs permettant le refroidissement du combustible nucléaire. Privé d’eau, celui-ci a chauffé, créant une fusion qui a causé plusieurs explosions et fuites radioactives. En voulant régler ce problème, des millions de tonnes d’eau de mer, remplacée par de l’eau douce à cause des effets corrosifs du sel, ont été déversées jour et nuit sur les réacteurs afin de les refroidir et de stopper la fusion. Cette eau s’est faufilée dans les salles des machines et les galeries souterraines. Toute l’eau contaminée s’est malheureusement écoulée dans l’océan Pacifique, ce qui créa un autre problème.

Les produits radioactifs déversés dans l’eau sont principalement de l’iode et du césium. La norme légale a été dépassée en raison du taux anormalement élevé de l’iode qui est de 3300 fois supérieur. Cette mesure a été prélevée dans l’océan, 300 mètres au Sud de la centrale. Les déversements d’eau contaminée dans l’océan ne provoquent aucune conséquence à court terme pour les espèces vivant dans l’eau, mais pourraient avoir un impact majeur à long terme. Une grande pollution de la chaîne alimentaire et de l’environnement pourrait être provoquée à cause de l’accumulation d’iode et de césium dans l’eau. Comme l’eau est contaminée, les animaux buvant l’eau des rivières, les poissons vivant dans cet environnement radioactif, les sols qui ont besoin d’eau, sont tous contaminés à leur tour. Comme les humains se nourrissent d’animaux, de poissons et de végétaux, toute la chaîne alimentaire  devient contaminée. Lorsque la radioactivité est ingurgitée, elle peut se concentrer dans certains organes, comme les os, ce qui peut favoriser l’apparition de cancers.

radio2

Solutions :

 

Depuis le 29 mars 2011, des solutions ont été pensées et mises en pratique. Plusieurs employés travaillant à la centrale ont pompé une partie de l’eau contaminée des réservoirs. Le volume de l’eau pompée équivaut à environ deux piscines olympiques, ce qui est une énorme quantité de liquide radioactif.

Selon certaines personnes, les murs et les toits de tous les réacteurs pourraient être recouverts d’une bâche. Celle-ci est fabriquée d’un matériau spécial ayant la capacité de réduire les dégagements de vapeur radioactive. Évidemment, il faut comprendre que la radioactivité sera présente durant encore des milliers d’années sur le site, alors la bâche devra être entretenue et remplacée plusieurs fois durant cette période. Pour éviter l’accumulation de gaz produit par d’autres explosions, les autorités pourraient utiliser un équipement d’aération.

Elles pourraient également se procurer un pétrolier et/ou tanker, qui est un bateau transportant des produits pétroliers et se trouvant sur l’eau. Il se situerait en face de la centrale afin d’aider à évacuer le liquide radioactif qui est stocké dans la salle des machines de la centrale et son réservoir servirait à emmagasiner l’eau contaminée.  Espérons que ce problème sera réglé le plus tôt possible et que les solutions évoquées seront mises en pratique avant qu’une tragédie n’empire la situation de la planète.

Visiblement, les solutions évoquées ci-dessus ne sont pas des solutions miracles, il est donc nécessaire d’utiliser des solutions à long terme.

Le Japon devrait utiliser une autre source d’énergie pour remplacer le nucléaire telle que les énergies renouvelables. Au contraire de l’énergie nucléaire, les énergies renouvelables sont sans danger, inépuisables et propres au niveau de l’environnement. Cinq choix sont possibles pour les énergies renouvelables ; l’énergie solaire, les éoliennes, la géothermie, la biomasse et l’énergie hydraulique.

Ushuaia

La radioactivité

Radio et santé

Cyberpresse

Wikipedia

Énergies renouvelables

Ce contenu a été publié dans Japon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *