La radioactivité en Irlande

Par Vincent Laberge (2008)

La radioactivité en Irlande

Pour se mettre dans le contexte, la radioactivité peut faire très peur, car on ne la voit pas à l`œil nu et elle peut être extrêmement  dangereuse. Des doses de radiation, même relativement faibles, peuvent provoquer des cancers de la thyroïde. Cette dernière concentre fortement l’iode 131 qui est un produit typique des réactions nucléaires. En Irlande, les cas de ce cancer ont été multipliés par trois en vingt ans (798 cas en 1975, 2619 en 1995). Le cancer de la thyroïde est principalement causé par les radiations.  Les cas de leucémies sont également associés aux radiations. Ainsi, le taux de leucémies est plus élevé chez les personnes, en particulier chez les enfants, qui habitent près des installations nucléaires.

images911-2

Le principale problème est la pollution par la radioactivité qui  provient d`une usine du nom  de Windscale qui fut d`ailleurs rebaptisée Sellafield. Cette usine de Sellafield est le principal complexe de la filière électronucléaire britannique. Initialement nommée “Windscale”, elle a été rebaptisée Sellafield à la suite d’un grave accident. Située sur la côte de la mer d’Irlande, dans le comté de Cumbrie, au nord-ouest de l’Angleterre, le complexe comprend aujourd’hui 400 bâtiments répartis sur 10 km² et emploie environ 10 000 personnes. Le retraitement nucléaire à Sellafield a été interrompu par précaution de sécurité après la découverte de fuites radioactives dans l’eau de refroidissement d’un évaporateur. Cela signifie que le retraitement Magnox ne sera pas capable de reprendre avant que l’Inspection des Installations Nucléaire ne donne le feu vert. Il n’y a toujours aucun retraitement à l’usine de Thorp.  Dans une déclaration, le Groupe Nucléaire Britannique a dit : « dans des usines de déchets de haut niveau, nous avons les évaporateurs qui sont par habitude employés pour traiter les effluents de THORP, des usines de retraitement Magnox et des trois lignes de vitrification. …Nous contrôlons continuellement les opérations de ces lignes pour nous assurer que les processus opèrent de façon sûre et efficace. …Au début d’octobre, nous avons détecté les traces d’activité dans un flot d’eau de refroidissement de l’évaporateur qui traite les opérations Magnox. Une action rapide, prudente et efficace a été prise en vidant l’évaporateur en employant des procédures ordinaires. Depuis, nous avons examiné l’évaporateur chauffant des bobines et identifié tout le travail de réparation nécessaire pour permettre à l’évaporateur de reprendre ses opérations. À cette étape, nous croyons que l’évaporation peut recommencer en janvier, une fois que nous aurons fini de démontrer pour nous-mêmes et pour nos régulateurs, que c’est la façon correcte de faire. Dans l’intérim, nous suspendons temporairement les opérations de Retraitement Magnox jusqu’à ce que l’évaporateur ne devienne disponible. » La société a dit également que Thorp ne pourra emplyer son évaporateur d’ici mars 2007.

450px-Svc3-2

Une des solutions qui pourraient être envisagées pour résoudre le problème est de les éliminer tout simplement, mais cela n’est guère facile. Les déchets présentant de forts niveaux de radioactivité sont toutefois plus problématiques, puisque la diminution de radioactivité peut prendre des centaines si ce n’est des milliers d’années. Dans l’intervalle, il faut trouver des techniques permettant d’isoler durablement ces déchets dangereux des gens et de l’environnement, ce qui va être une tâche très difficile car l’économie est derrière chaque problème.

références :

Radioactivité 1

Radioactivité 2

Radioactivité3

Radioactivité 4

Ce contenu a été publié dans Irlande. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *