L’avenir des autobus électriques

Sammy-Jo Leroux et Maïka Cousineau (2019)

 

 

 

 

source:

L’avenir des autobus électriques

Aujourd’hui, beaucoup de personnes ont besoin d’un véhicule pour se déplacer. Bien sûr, le coût de l’essence a diminué au cours des dernières années et les gens sont portés à remplir leur voiture d’essence souvent, car le prix est bas. On mesure la consommation de pétrole en barils. Un baril équivaut à 159 litres de pétrole. En un an, la population mondiale en consomme 30 milliards de barils ( 85 millions de barils par jour). Les réserves de pétrole conventionnel sont actuellement estimées à 1200 milliards de barils, donc 40 années de réserve.

Le dioxyde de carbone, des particules fines, le monoxyde de carbone, les oxydes d’azote et plus encore sont des polluants produits par les voitures . Voici quelques problèmes liés aux polluants :

L’ozone troposphérique est complètement différent de l’ozone stratosphérique. La formation de cet ozone dans la troposphère est un phénomène complexe qui dépend de la quantité de gaz précurseurs et de l’ensoleillement. 

Le smog qui est composé d’ozone coincé dans l’air de la ville est très nocif pour notre santé, mais aussi pour notre planète. 

Les pluies d’acides sont constituées entre autres de dioxyde de soufre et d’oxydes d’azote. En contact avec l’eau, ils réagissent et forment de l’acide sulfurique et de l’acide nitrique.

 De plus, les gaz à effet de serre, sont des composants gazeux qui retiennent le rayonnement infrarouge que la surface terrestre produit et qui créent ainsi un effet de serre. L’augmentation des gaz à effet de serre dans l’atmosphère terrestre entraîne un réchauffement climatique. Le gaz carbonique est un gaz à effet de serre produit par les véhicules. 

Il existe donc plusieurs problèmes liés aux voitures, mais nous avons une solution à vous proposer. Pourquoi ne pas utiliser les autobus électriques comme ceux de la STM (société de transport de Montréal)? Les compagnies d’autobus scolaires utilisent elles aussi de plus en plus d’autobus électriques.

Les autobus scolaires électriques et les autobus STM

Ces autobus n’utilisent pas beaucoup d’énergie électrique puisqu’ils ont une autonomie de 100 à 250 km, ce qui est beaucoup pour un autobus. Ils possèdent autant de puissance sinon plus que les autobus au diesel. Un autobus électrique équivaut à enlever cinq voitures de la route ou 23 tonnes de gaz à effet de serre par année. En plus d’aider la planète, cela réduit le bruit, car, effectivement, ces autobus produisent moins de bruit que plusieurs véhicules routiers. À chaque année, à Montréal, le nombre de véhicules sur la route augmente. Les dernières statistiques, en 2017, on démontré qu’environ 968 466 véhicules circulaient encore sur les routes de Montréal. 

Les autobus sont de bons moyens de transport économiques et bons pour notre planète, mais avons-nous parlé des métros? En effet, les métros pourraient aussi représenter une bonne solution, car ils vous mènent plus vite à destination qu’une voiture ou un autobus. Sous la terre, il n’y a pas de trafic et les conditions météorologiques n’ont aucun impact sur leur mobilité. 

Maintenant, vous êtes au courant de quelques problèmes sur notre planète liés aux voitures. Alors, la prochaine fois que vous allez devoir vous déplacer pensez à changer vos moyens de transport. 

source:

 

 

 

 

 

référence:

journal métro:

Lion:

journal de Québec:

réserve:

gaz polluants:

gaz à effet de serre

voitures:

Ce contenu a été publié dans Canada, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *