Le chanvre est-il la solution?

Émilie Ouellette & Audrey Gagné (2017)

       Le chanvre est-il la solution?

Problème

Comme vous le savez, nous avons de plus en plus peur pour notre belle planète. La pollution est plus importante que jamais et il est grand temps d’envisager des solutions avant qu’il ne soit trop tard. Faisons une mise en contexte, imaginez-vous une belle journée d’été, il fait chaud et vous désirez vous désaltérer.Vous déposez votre bouteille d’eau jetable sur la table extérieure et décidez d’aller promener votre chien. Votre petite escapade devra durer aux moins 1 000 ans avant que votre bouteille ne soit, à la merci des intempéries, méconnaissable et encore, la dite bouteille ne se dégradera jamais entièrement. Cela est complètement insensé, ne pensez-vous pas qu’il est de notre devoir de diminuer l’accumulation des déchets de plastique dans notre environnement?

L’impact de ce poison est beaucoup plus grand que vous ne pouvez l’imaginer. Ceci affecte autant  les animaux que les humains puisque le plastique rejette des particules très toxiques et non-biodégradables telles que le styrène, principalement retrouvé dans le polystyrène qui, en trop grande quantité, peut causer des troubles du système nerveux, de la faiblesse musculaire et peut même être cancérigène. De plus, certains plastiques, sous l’effet des ultraviolets, libèrent une toxine nommée bisphénol A pouvant engendrer des problèmes comportementaux, des problèmes d’obésité et aussi augmenter le nombre de cancers du sein et de la prostate. Les phtalates sont des toxines retrouvées dans le polychlorure de vinyle (PVC), qui peuvent provoquer des problèmes de fertilité, des risques d’allergies et d’asthme et même un cancer.

Le Brésil, par exemple, produit environ 125 000 à 135 000 tonnes de déchets en tous genres chaque jour, dont une quantité phénoménale de plastique qui n’est pas recyclé puisque le pays n’a pas les ressources nécessaires pour envisager cette solution. Une des nombreuses conséquences de l’utilisation de ce matériau est l’insalubrité qu’elle engendre dans les bidonvilles qui n’ont pas de service de gestion de déchets.

Il y a également de grandes quantités de plastique qui se retrouvent dans nos océans. C’est ce qui a mené à la formation d’un continent de plastique. Un 7e continent fait à base de plastique! Ce continent qui fait la taille du tiers des États-Unis ou de six fois la France est principalement composé de micro-plastique en suspension ayant un diamètre inférieur à cinq mm . On en retrouve jusqu’à 30 mètres de profondeur. Cette quantité phénoménale de plastique pèse plusieurs millions de tonnes. Une telle nouvelle n’est pas très encourageante pour l’avenir de notre maison.

                                           source

Solution

Une solution que nous trouvons révolutionnaire et qui pourrait aider le Brésil ou d’autres pays n’ayant pas les ressources nécessaires pour faire du recyclage, est l’utilisation du bioplastique. À la différence d’un plastique traditionnel fait à base de carbone fossile, le bioplastique est conçu en partie ou en totalité de carbone végétal, il se dégrade plus rapidement et il permet d’éviter l’émission de 30 à 75 % de CO2, parce que les polymères d’origine pétrolière sont remplacés par des polymères d’origine végétale. Le chanvre est un bon exemple de végétal pouvant être utilisé dans ce but, même s’il n’y a pas que des avantages. Il est vrai que la culture du chanvre peut entraîner de la déforestation. De plus, ce bioplastique sera surtout utilisé pour les plastiques jetables, puisque ce matériau n’est pas pratique pour les infrastructures à long terme. Malgré ces quelques inconvénients, le chanvre amène beaucoup d’aspects positifs pour notre environnement.

Le procédé de fabrication du bioplastique est le même que pour le plastique à base de carbone fossile, mais en le remplaçant par du carbone végétal. Lorsque les tiges de cette plante sont débarrassées de leurs fibres, il reste alors 77% de cellulose, contrairement au bois qui n’en contient que 40 à 50%. En termes de rendement au mètre carré, de la vitesse de croissance et pour les propriétés écologiques, le chanvre est de loin le meilleur des végétaux pour la conception du bioplastique. Malheureusement, l’interdiction du chanvre et la stigmatisation du cannabis ou « marijuana » ont stoppé les recherches. Il est important de savoir que la différence entre le chanvre et le cannabis ne réside que dans le pourcentage de THC (substance psychotrope). Lorsque le chanvre contient moins de 0,3% de THC, celui-ci est considéré comme étant un composant  industriel, quant au cannabis, celui-ci est considéré comme du chanvre récréatif lorsqu’il contient plus de 5% de THC.

Pourtant la culture du chanvre est écologique et elle a des effets bénéfiques sur l’environnement et donc bénéfiques pour nous. Ce végétal produit ses propres défenses contre les insectes et les moisissures ce qui donne l’opportunité à son cultivateur de ne pas faire utilisation de pesticides et ainsi de préserver ces terres. Le chanvre a la capacité d’absorber d’énormes quantités de CO2 et est capable de pousser dans toutes les régions qui ne sont pas soumises à des températures extrêmes. Quoi de mieux que cette culture aux effets bénéfiques pour la fabrication du bioplastique? Un bioplastique 100% végétal qui ne rejettera aucune toxine, un bioplastique qui va améliorer notre qualité de vie.

 

Références :

Tout savoir sur le chanvre

Les déchets au Brésil 

Que faire avec le chanvre 

7e continent de plastique 

Ce contenu a été publié dans Brésil, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *