Le Mékong en danger !

Par Julie Martin (2008)

Le Mékong en danger !

 

Les Problèmes

 

Mekong_1-3

Un des plus gros problèmes au Laos est relié au fleuve Mékong. Ce fleuve, né sur les hauteurs de l’Himilaya, est une grande richesse pour ce pays, mais aussi pour la Chine, le Myanmar, la Thaïlande, le Cambodge et le Viet Nam. Quelques problèmes sont reliés à ce fleuve comme, par exemple, la construction de barrages, la pollution (surtout liée au développement et au peu d’application des lois sur la pollution en Chine) ou, encore, des courants trop forts à certains endroits, ce qui fait que d’autres d’autres endroits n’ont aucun courant. Ce ne sont pas tous les pays traversés par le Mékong qui sont touchés par ces problèmes. Par exemple, pour ce qui est des courants trop forts à certains endroits, les pays les plus touchés sont la Chine et le Cambodge. La Chine détruit des rochers, des bancs de sable et ralentit l’eau en la contenant entre des barrages. C’est le Cambodge qui est le pays le plus à risques. On y craint même des famines semblables à celle de la civilisation d’Angkor, il y a environ 700 ans. Hô-Chi-Minh-Ville, la plus importante ville du Viet Nam, sera affectée par les courants insuffisants et la pollution. Toutes les grandes villes du Laos risquent également de vivre les mêmes problèmes. La construction de barrages sur le fleuve, en Chine, aggrave la situation. Il y en a déjà deux de construits, un à Manwan et l’autre à Dachaoshan. En plus de ces deux barrages, il y en a douze à l’étude, mais les barrages à l’études auront probablement un impact négatif sur le fleuve une fois les travaux terminés, car tous les pays devront vivre avec beaucoup de pollution. En plus des douze barrages à l’étude et des deux déjà construits, il y en a un autre en Thaĩlande nommé Pak Mun. La construction de barrages est très critiquée en raison des coûts et des dommages pour l’environnement.

Les solutions envisageables

Plusieurs solutions sont possibles afin de pouvoir régler les problèmes présents dans le fleuve Mékong. Par exemple, il serait bon d’avoir un représentant de chacun des pays touchés par les problèmes du fleuve afin d’essayer d’arriver à une entente qui ferait en sorte que tous les problèmes du fleuve puissent se régler. Ainsi, un contrat pourrait être signé par les représentants afin que les pays respectent vraiment les conditions et les règles établies durant cette réunion. Par la suite, si l’un des pays concernés par le contrat venait à ne pas respecter les règles et les conditions établies, il ferait face à une amende ou à une sanction. De cette façon, tous les pays seraient forcés de respecter les autres et ce serait mieux pour l’environnement de tous.

2-2

Le Mékong : Un fleuve, six pays.

 

Le fleuve Mékong.

Ce contenu a été publié dans Laos. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *