Le torchage de gaz, inutile au Nigeria.

Par Émilie Leboeuf et Valérie Ranger (2010)

Le torchage de gaz, inutile au Nigeria.

 

Le Nigeria est le pays le plus peuplé d’Afrique. Il rassemble 20 % de la population totale de l’Afrique subsaharienne. Il est aussi un des plus importants producteurs de pétrole. Effectivement, il est le 5e producteur de l’OPEP et se situe au 12e rang au niveau mondial. De plus, il est le deuxième plus grand pays, après la Russie, à pratiquer le torchage. Le torchage consiste à bruler des rejets de gaz naturel à l’aide de torches. Ce procédé gaspille énormément de ressources naturelles et émet de grandes quantités de CO2, le principal gaz à effet de serre. C’est la méthode habituellement utilisée pour supprimer des gaz inflammables inexploitables ou dont la récupération est peu payante. On peut aussi utiliser le torchage pour dépressuriser le matériel de traitement des gaz pendant les activités ordinaires d’entretien ou en cas d’urgence.  Si le torchage de gaz est utilisé, c’est parce que c’est le moyen le moins coûteux. Le Nigeria produit 2 443 millions de barils par jour ! On estime que 13% du gaz brulé dans le monde provient du Nigeria.

D’après la Banque Mondiale, au Nigeria, on brûle plus de gaz que dans n’importe quel autre pays du monde. Ce pays émet plus de gaz à effet de serre que toutes les autres sources de l’Afrique subsaharienne réunies. Le fait de brûler autant de gaz inutilement entraine un grand gaspillage de cette ressource naturelle. À chaque année, environ 150 milliards de m3 de gaz naturel s’envolent dans l’air que l’on respire et sont perdus. Selon les chiffres donnés par la Banque Mondiale, ce volume de gaz est l’équivalant du quart du volume de gaz utilisé aux États-Unis en un an, ainsi que l’équivalent de 30% de la consommation annuelle de gaz de l’Union européenne, ou encore 75% des exportations de gaz de Russie.

Par la suite, le torchage de gaz inutile entraine plusieurs problèmes environnementaux. Effectivement, cela accentue énormément la production de gaz à effet de serre. Selon Bent Svenson, l’arrêt de ce brûlement de gaz inutile ferait baisser de 13% le total de toutes les émissions de CO2 que les pays se sont engagés à réduire durant le Protocole de Kyoto de 2008 à 2012. À cause de ces gaz à effet de serre, nous pourrons observer de plus en plus de variation avec notre température. Il y aura donc plus de pluie l’hiver et moins l’été. Cela apporte  aussi plusieurs problèmes au niveau de l’écosystème. Si nous ne faisons rien, les climatologues envisagent une augmentation de 2 degré Celcuis de plus. Cela entrainera de grands bouleversements sur notre environnement. Il n’y a pas que sur l’environnement que ce torchage de gaz à des effets néfastes.

La santé des habitants aux alentours de ces grosses torches est menacée. Une habitante de la communauté des Egie s’est plaint. ’’Les feux sont si grands et si proches de nos maisons et fermes que nous sentons la chaleur. Nous ne connaissons pas d’obscurité parce qu’ils flambent 24 heures sur 24 chaque jour’’, a déclaré Che Ibegwura du peuple des Egi, une communauté du Nigeria. Localement, ils dégradent l’environnement dans lequel vivent les populations, ce qui accroît les tensions entre communautés et compagnies pétrolières. Elles rendent les champs infertiles, l’eau impropre à la consommation et polluent fortement l’atmosphère. Cela a notamment conduit à la disparition complète de plusieurs espèces de poissons.

450px-PTT_flame_1

Les communautés du Nigeria ont porté plainte contre le Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC), au gouvernement nigérien ainsi qu’à l’association formée par Shell, Exxon, Chevron, Total et Agip. Ces compagnies on été traînées en justice par les Amis de la Terre Nigeria. En novembre 2005, elles ont été condamnées par la justice pour pollution et torchage illégal du gaz.

Avec les années, plusieurs chercheurs se sont rendu compte que de brûler du gaz ainsi apportait plusieurs problèmes, autant au niveau environnemental qu’au niveau de la santé humaine. Effectivement, plusieurs problèmes de santé sont liés à cette pratique. Les habitants deviennent plus vulnérables à plusieurs maladies comme la bronchite et des problèmes dermatologiques.

Pour remédier au torchage de gaz, une des solutions offertes est l’utilisation d’incinérateurs. Cette solution est plus efficace que celle des torches à long terme, mais elle ne fonctionnerait sûrement pas très bien dans notre système économique. Peut-être qu’à long terme, les gens vont comprendre que leur vie est en jeu, donc ils vont tenter de changer le système qui est basé seulement sur les profits.

Ils fonctionnent dans une pièce fermée, ils ne sont donc pas touchés par les intempéries de la nature. Malgré, qu’ils soient très coûteux, qu’ils ont besoin de beaucoup d’entretien, de surveillance par les employés et difficiles d’installation, les incinérateurs demeurent l’une des meilleures solutions.

Actuellement, les chercheurs étudient des solutions afin que les incinérateurs soient plus adaptables et transportables de manière à ce que l’on puisse adopter cette solution au cours des années à venir.

 

Les amis de la Terre

Enerzine

IPS International

Ce contenu a été publié dans Nigéria. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Le torchage de gaz, inutile au Nigeria.

  1. Y. Mérabet 6 octobre 2012 dit :

    Le Quotidien d’oran

    Economie et environnement Afrique verte et sauvage perd sa virginité par Y. Mérabet * A l’heure où le danger d’une grave pénurie d’énergie se dessine à l’horizon 2023-2025, pas moins de 46 milliards de m3 de gaz associé, l’équivalent de 40 millions de tonnes de pétrole, continuent à être brulés en Afrique, une perte pure de 11 milliards de dollars qui partent en fumée chaque année.

    Le torchage, une calamité qui détruit l’homme et la nature Chaque année, environ 150 milliards de m3 de gaz naturel partent en fumée dans l’atmosphère, à travers la pratique du torchage qui consiste à brûler le gaz issu de la production pétrolière. Ce volume correspond à un quart du volume du gaz utilisé aux États-Unis en un an, à 30 % de la consommation annuelle de gaz de l’Union européenne, ou encore à 75 % des exportations de gaz de la Russie. Le brûlage du gaz naturel (ou torchage) est habituellement considéré comme une façon à la fois sûre et efficace de se débarrasser du gaz naturel associé à la production pétrolière. Mais, comme l’explique la Banque mondiale, cette pratique présente deux inconvénients majeurs, « elle contribue à augmenter les émissions de gaz à effet de serre de la planète, et elle constitue un gaspillage flagrant d’une ressource d’énergie de grande valeur ». Cela représente un volume supplémentaire d’émissions de CO2 d’environ 350 millions de tonnes par an. Le torchage contribue à polluer les régions avoisinantes, via l’émission de nombreuses substances toxiques dans l’atmosphère. Le taux des maladies chroniques dues à la pollution atmosphérique en Afrique a atteint ces dernières années une cote alarmante, des maladies classées ’professionnelles’ normalement soumises à la sécurité sociale fauchent la population pauvre et démunie, comme on fauche les moissons. Aujourd’hui, on pille nos ressources en dessous nos pieds et on assassine l’Afrique, c’est une guerre de la ’terre brulée’ menée par nos impuissants Gouvernements et les multinationales qui contrôlent les 90 % de nos ressources pétro-gazières.

    Aujourd’hui, la majeure partie du gaz associé produit en Afrique est brulée en pure perte, et si les projets d’exportation aussi bien du gaz associé que du gaz naturel sont quelque peu freinés ou bloqués, c’est essentiellement à cause du fait que les consommateurs européens continuent à vivre dans le rêve de l’énergie propre à bon marché et refusent de payer pour le gaz un prix couvrant le coût et une rémunération raisonnable des investissements requis. L’élimination totale du torchage de gaz lié à la production pétrolière, les Gouvernements africains la voient possible que pour l’horizon 2015, une fois le forfait accompli. Les torches s’éteindront un beau jour, laissant derrière eux une Afrique calcinée, des morts, des handicapés et des non-voyants.

    Ce n’est pas encore trop tard, tout cela sera rendu possible dans l’immédiat grâce à l’implication des compagnies étrangères opérant sur le sol africain et l’application des règles de préservation du système écologique consignées dans le protocole de Kyoto qui pénalise les rejets des gaz à effet de serre.

    Le Nigeria décidé à combattre le brûlage du gaz Certains Gouvernements africains ont eu l’intelligence d’adopter une législation interdisant le torchage et les rejets des gaz à effet de serre, dès l’octroie d’un projet et immédiatement après la remise de l’ordre de service. Des règles pénalisantes ont été instaurées sur les compagnies occidentales opérant sur le sol nigérian par le Gouvernement. Les communautés locales se plaignent de la multiplication des pluies acides et de lourdes retombées environnementales préjudiciables ; notamment sur la santé de la population et l’agriculture. Si l’on prenait le gaz qui est torché en Afrique, et qu’on l’utilisait pour créer de l’électricité produite par des centrales à flamme, on pourrait doubler la production électrique de l’Afrique subsaharienne. Selon une étude faite par la Banque mondiale, l’arrêt du torchage ferait baisser de 13 % le montant total des émissions de CO2 que les pays se sont engagés à réduire au titre du Protocole de Kyoto pour la période 2008-2012. Au Nigeria, pays où a été le plus pratiqué le torchage à l’air libre, des communautés locales et des ONG ont porté plainte contre la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC), sous leur pression, le gouvernement nigérian a saisi officiellement le consortium constitué par Shell, Exxon, Chevron, Total-Fina-Elf et Agip, de cesser le torchage sous peine de les traduire devant la justice. En novembre 2005, la Haute cour fédérale du Nigeria avait ordonné aux compagnies pétrolières d’arrêter le torchage dans le delta du Niger, invoquant la violation des droits de l’Homme. Les substances toxiques répandues par les fumées des torchères depuis plus de quarante ans, notamment le benzène et les particules solides, exposent les populations à de graves dangers sanitaires ainsi qu’à des atteintes caractérisées à l’intégrité de leur patrimoine, en totale violation des droits de l’Homme. Hommage au révèrent Nnimmo Bassey, directeur d’Environnemental Rights Action/Les Amis de la Terre – Nigeria, qui a décrit le dépôt de la plainte comme une étape majeure dans l’effort collectif des citoyens nigérians pour que les entreprises du secteur du gaz et du pétrole, comme le gouvernement, prennent leurs responsabilités. Le succès de cette initiative collective dépendra de l’engagement des compagnies étrangères à respecter les règles environnementales et de l’application rigoureuse de ces dernières par l’autorité du pays. Cette initiative a permis à présent de développer plusieurs actions, comme l’adoption d’une norme mondiale pour la réduction du torchage, la mise en œuvre de projets pour l’utilisation des gaz associés dans sept pays et la mise en œuvre de projets carbone qui ont permis d’éviter le rejet de 12 milliards de m3 de gaz par an, soit une réduction des émissions de CO2 de 115 millions de tonnes pour 2012. La diversification de l’approvisionnement pose aujourd’hui problème, surtout dans un contexte de dépendance grandissante vis-à-vis de quelques pays. Ces menaces de pénurie et ces tensions sur les prix des énergies fossiles ne doivent pas masquer un gaspillage massif, organisé et néfaste à l’environnement dans certaines régions de monde. Des évaluations effectuées à l’aide d’images satellites ont confirmés que parmi les 20 pays producteurs de gaz torchés sont ciblés dans le monde, le Nigeria arrive en tête avec 24,1 milliards de m3 en 2004 et en 2007 avec 14,7 milliards de m3. Un grand saut a été fait par les autorités nigérianes pour diminuer le torchage.

    Le Delta du Niger (sud du Nigeria), qui renferme du pétrole et du gaz, est désormais le numéro 2 mondial d’émissions de gaz à effet de serre à cause… du torchage. Selon le climatologue, Stefan Cramer, ce pays rejetterait 20 milliards de m3 de gaz par an soit 13 % du total mondial. Le record mondial est actuellement détenu par la Russie. Le Nigeria avait déjà fixé au 1er janvier 2009 l’interdiction totale du torchage mais le 31 décembre, les multinationales ont reçu une lettre du secrétaire d’Etat au Pétrole, Odein Ajumogobia, stipulant qu’elles pouvaient continuer dans l’attente de nouvelles règles. De leurs côtés, les compagnies pétrolières étrangères sont conscientes des effets négatifs du torchage mais pour arrêter ce procédé il faudra du temps et de l’argent. Total France rassure que tous les nouveaux projets, notamment en offshore, seront « zéro torchage’.

    Les plus grands pays ’torcheurs’ du monde Le gaz, un sous-produit de l’exploitation pétrolière, est en train d’être brûlé parce que les compagnies pétrolières ne l’utilisent ni ne le récupèrent. Le Nigeria est le plus grand producteur de pétrole en Afrique, mais dans la région pétrolière du Delta du Niger d’où presque tout le pétrole vient, la population locale affirme qu’elle ne profite pas des milliards de dollars réalisés par an à partir des recettes pétrolières, au contraire. ’Le déversement dans l’atmosphère des gaz à effet de serre, lesquels sont inhalés par la population, la rend vulnérable aux pluies acides et à beaucoup de maladies comme la bronchite et des problèmes dermatologiques et ophtalmologiques. L’industrie pétrolière non contrôlée impose un lourd fardeau environnemental à l’Afrique’.

    Environ 20 pays figurent sur la liste des plus grands torcheurs de la planète, d’après ce qu’ont détecté les satellites lors de leurs tours du monde quotidiens :

    La Banque mondiale et l’Administration nationale océanique et atmosphérique des États-Unis (NOAA) ont collaboré pour produire ces images satellites de haute précision. « La réduction du torchage du gaz contribue de manière concrète et pertinente à la réduction du changement climatique et facilite la transition vers une économie à faible production de carbone », déclare Somit Varma, directeur de la division pétrole, gaz, minerais et produits chimiques de la Banque mondiale et de la SFI. « Les entreprises et les pays producteurs de pétrole doivent intensifier leurs efforts afin de réduire le torchage de gaz ».

    Le torchage contribue au réchauffement de la planète Le sommet la Terre, à Rio en 1992, a marqué la prise de conscience internationale du risque de changement climatique. Les Etats les plus riches, pour lesquels une baisse de croissance semblait plus supportable et qui étaient en outre responsables des émissions les plus importantes, y avaient pris l’engagement de stabiliser en 2000 leurs émissions au niveau de 1990. C’est le Protocole de Kyoto, en 1997, qui traduisit en engagements quantitatifs juridiquement contraignants cette volonté.

    Le torchage du gaz provenant de la combustion des hydrocarbures est un produit figurant sur la liste des gaz à effet de serre, il est incontestablement pénalisé par le Protocole de Kyoto.

    Les gaz à effet de serre concernés sont :

    – le gaz carbonique ou dioxyde de carbone (CO2) provenant essentiellement de la combustion des énergies fossiles et de la déforestation,

    – le méthane (CH4) qui a pour origine principale l’élevage des ruminants, la culture du riz, les décharges d’ordures ménagères, les exploitations pétrolières et gazières,

    – les halocarbures (HFC et PFC) sont les gaz réfrigérants utilisés dans les systèmes de climatisation et la production de froid, les gaz propulseurs des aérosols,

    – le protoxyde d’azote ou oxyde nitreux (N2O) provient de l’utilisation des engrais azotés et de certains procédés chimiques,

    – l’hexafluorure de soufre (SF6) utilisé par exemple dans les transformateurs électriques. Les pays signataires dits ’de l’annexe’ (les pays développés ou en transition vers une économie de marché comme la Russie) ont accepté globalement de réduire de -5,5 % leurs émissions de gaz à effet de serre sur la période 2008-2012 par rapport au niveau atteint en 1990. Parmi ces pays, les États-Unis ont accepté une réduction de 7 %, le Japon de 6 % et l’Union européenne de 8 %. A la suite de cet engagement, l’Union européenne a estimé nécessaire de procéder à une répartition de la charge de cet objectif entre les quinze États membres. A l’horizon 2008-2012, la France devra donc stabiliser ses émissions de gaz à effet de serre à leur niveau de 1990. L’entrée en vigueur du Protocole de Kyoto intervient dès lors qu’au minimum 55 pays Parties à la Convention sur les changements climatiques auront déposé leurs instruments de ratification. Parmi ces pays, devront figurer des pays développés dont les émissions de dioxyde de carbone représentaient en 1990 au moins 55 % des émissions totales de ces pays à la même date. En novembre 2004, la Russie a ratifié à son tour le Protocole de Kyoto. Néanmoins, les États-Unis qui, à eux seuls, émettent 30 à 35 % du total des gaz à effet de serre d’origine humaine, ont décidé en 2001 de ne pas ratifier le Protocole. La mise en œuvre effective est désormais acquise et interviendra officiellement le 16 février 2005.

    Quelques actions par quelques pays pour réduire le torchage Algérie : treizième pays producteur se classe le huitième des 20 pays les plus pollueurs de la planète, ce pays affirme qu’il est passé d’un pourcentage de gaz associés torchés de 80 % en 1980, à 11 % en 2004, avec un objectif de 0 % pour 2010.

    Angola : le ministre du Pétrole, Desiderio Costa, a affirmé la volonté de son gouvernement de réduire le torchage ; celui-ci devrait être totalement interdit à compter de 2010.

    Canada : le Canada dispose d’une législation autorisant le torchage quand celui-ci est plus économique ; cependant, ce pays a de bons résultats, et sur les champs de Terre-Neuve et Labrador, le pourcentage de torchage est passé de 85 % à 8 % en 10 ans, grâce à la réinjection du gaz.

    Etats-Unis : les États-Unis considèrent perdre 0.5 % du gaz produit sur leur territoire, l’un des meilleurs résultats pour la diminution du torchage.

    Guinée Equatoriale : ce pays aurait menacé ExxonMobil de pénalités importantes si cette compagnie ne mettait pas fin au torchage.

    Kazakhstan : le torchage et le rejet sont interdits à compter du 1er juillet 2006. Cette exigence ne concerne que les projets postérieurs à cette date.

    Nigeria : le gouvernement du Nigeria fait beaucoup d’efforts pour essayer de contraindre les compagnies pétrolières à réduire le torchage. Cependant, la société Shell a déjà fait savoir qu’elle ne pourrait respecter cette échéance, indiquant 2009 pour certains projets, et sous la pression de certaines compagnies pétrolières, le gouvernement a repoussé l’échéancier de la date limite promulguée par décret..

    Norvège : une législation propre au torchage existe depuis 1971 ; elle est complétée par des pénalités appliquées au m3 de gaz torché ou rejeté ; la Norvège revendiquait en 2002 le meilleur ratio gaz torché/pétrole produit au monde. Ce résultat est dû au développement délibéré de la filière gaz, à la fois sur le plan des solutions techniques en amont, et de sa commercialisation en aval.

    Russie : aucune communication sur le volume de rejet des gaz à effet de serre russe, la Russie reste le premier torcheur de la planète avec plus de 50 milliards de m3/an.

    Conclusion :

    L’Afrique, un continent meurtri où semblent créer domicile toutes les misères du ciel. Là, tout n’est que calamités et désespérance, corruption, massacre, guerres interethniques, règne de milices, épidémies, sida, famines, malnutrition et ajoutant encore le torchage du gaz.

    * Expert en énergie Algérian Society For International Relations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *