Les coraux dans de beaux draps

Iain Fry et Sabrina Paiement (2019)

Les coraux dans de beaux draps

Depuis les années 1980, le phénomène du blanchissement des coraux a presque quintuplé à cause de l’action humaine, notamment de l’augmentation de l’effet de serre et de la pollution de notre atmosphère et de nos océans.

Un exemple d’un corail sous l’effet du blanchissement. Source

La symbiose marine

L’organisme du corail, un animal marin caractérisé par un squelette calcaire, travaille en symbiose avec un micro-organisme, nommé zooxanthelle. En échange d’un abri, les zooxanthelles fournissent de l’oxygène et des nutriments au refuge corallien, grâce à la photosynthèse. Cette collaboration est essentielle à la survie des récifs, vu le manque de plancton, qui représente la nourriture des coraux, dans les régions tropicales. L’animal marin est très sensible aux changements dans son environnement, dont les changements de température, l’augmentation des UV B, la hausse de l’acidité de l’eau, la présence de produits chimiques (pétrole, crème solaire, etc.), le changement de la salinité de l’eau… Malheureusement, quand le corail se sent menacé, il rejette habituellement les zooxanthelles unicellulaires, ce qui le prive d’oxygène et de nutriments, donc il perd ses couleurs et devient blanc. En l’absence des zooxanthelles, l’hôte solitaire est affaibli, ce qui ralentit son taux de croissance, diminue sa reproduction et le rend vulnérable aux maladies.

L’impact de leur disparition

Ce phénomène est un problème mondial, mais l’Australie et la Floride sont les zones les plus touchées à cause du niveau d’activités humaines plus élevé. La mort de plusieurs coraux peut perturber les écosystèmes, alors que plusieurs espèces d’animaux marins n’ont plus accès à leur nourriture et à l’abri que leur fournissaient les coraux et doivent donc se trouver un nouvel habitat. C’est le cas de la tortue luth qui mange principalement des méduses et des crustacés. Malheureusement, plusieurs espèces peinent à trouver un nouvel habitat à cause de la dégradation des océans. En outre, la mort des récifs coralliens nuit aux industries de la pêche puisque le nombre de poissons diminue dans cette région et aux industries touristiques, car les personnes ne sont plus intéressées à regarder les coraux devenus blancs au bord de la mort.

Un exemple d’un récif en bonne santé. Source

Une solution encourageante

Les scientifiques australiens cherchent depuis longtemps une solution pour sauver leur grande barrière du problème du blanchissement. En mars 2018, l’Institut australien de biologie marine a testé une solution prometteuse: un film biodégradable qui bloquerait jusqu’à 30% de la lumière du soleil, car celui-ci affecte la majorité des coraux. L’augmentation des rayons UVB affectent ces organismes marins. Cette augmentation est due à l’amincissement de la couche d’ozone. Ce film flotterait au-dessus des coraux et serait appliqué dans les zones les plus touchées et celles où il y a le plus de coraux rares et non sur les 348 000 km2 du patrimoine inscrit à l’UNESCO depuis 1981. Cette pellicule est 50 000 fois plus fine qu’un cheveu humain et est constituée des mêmes matériaux que les squelettes durs des coraux, c’est-à-dire du carbonate de calcium. Avec ce projet, les organismes marins seront moins menacés par les rayons destructeurs, ce qui leur permettra de ne pas expulser les zooxanthelles et de continuer à garder l’oxygène. Selon la Directrice générale de la Great Barrier Reef Foundation, Anna Marsden, l’étude menée sur sept espèces de coraux a permis de réduire le blanchissement chez la plupart de ceux-ci. Par contre, le film protecteur ne pourra être étendu sur l’entière superficie de la Grande Barrière de corail, donc certaines zones vont continuer de blanchir.

En conclusion, cette solution est prometteuse pour l’avenir, même si elle ne s’attaque qu’à un seul problème, c’est-à-dire celui du rayonnement solaire. Malheureusement, il existe une panoplie d’autres problèmes touchant ces merveilleux organismes marins, mais il y a un début à tout et cette solution en fait partie.

Références:

Fondation de la Grande barrière de corail

TVA Nouvelles

La Presse

Wikipedia 1

Wikipedia 2

Ce contenu a été publié dans Australie, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *