Les déchets Électroniques

Émilie Séguin & Agathe Robert-St-Denis (2015)

Les déchets électroniques

Le problème

Chaque jour, aux États-Unis, 130 000 ordinateurs et plus de 350 000 téléphones portables sont jetés, soit plus de 100 millions par an. Ce type de déchets est celui qui croît le plus vite.

Les déchets d’équipement électriques et électroniques (DEEE) renferment plusieurs métaux précieux tels que l’argent, l’or, le palladium, le cuivre, l’indium et autres pouvant être dangereux. Certains composants sont aussi des déchets toxiques, par exemple, le cuivre, le plomb, le zinc, le platine, l’argent, le cadmium, le lithium et le mercure. Ils peuvent aussi contenir du verre, du plastique et de la céramique. Ces substances affectent la qualité des ressources en eau, ainsi que l’agriculture, les sols, les nappes phréatiques et menacent indirectement notre alimentation.

 

deeeee                                                                         Photo Source

Ces déchets affectent , entre autres, un pays du continent africain, le Ghana. Les déchets atterrissent à Agbogbloshie, une banlieue de la capitale d’Accra, qui s’est transformée en une immense décharge électronique. La majorité de ces déchets proviennent d’Europe, des États-Unis et d’Australie. Malgré la Convention de Bâle* qui tente de réduire la circulation de déchets dangereux à l’aide d’un traité, AgbogbloshFile:Agbogbloshie o.jpgie reste une destination connue pour les DEEE en provenance de pays industrialisés.

*Bâle : une conférence qui a eu lieu en 1989, où 166 pays se sont rencontrés pour parler des enjeux concernant les déchets dangereux. Le but étant d’élaborer et de mettre en pratique diverses solutions pour améliorer la gestion des déchets toxiques. Lors de cette convention, un traité international a été conçu afin de réduire la circulation des déchets dangereux. 

convention de Bâle                                                                                                                                                                                                                Photo Source 

Des travailleurs émigrés et de jeunes enfants repèrent les DEEE dans la décharge pour casser leurs écrans de verre et brûler les enveloppes en plastique afin de récupérer le cuivre et d’autres métaux de valeur qui se trouvent à l’intérieur, afin de les vendre aux ferrailleurs. Les polluants libérés lorsqu’ils brûlent ces déchets font en sorte que leur peau est recouverte d’une couche de poussière noire toxique. Les polluants exposent ces travailleurs à des vapeurs dangereuses qui causent des maux de tête et irritent leurs sinus et leurs poumons. Des toxines s’enfouissent également dans la nappe phréatique, le sol et l’air, ce qui peut causer des dégâts permanents à l’environnement.

Solution

Il y a plusieurs solutions possibles pour régler le problème des DEEE tels que : garder notre portable ou ordinateur plus longtemps, réparer en cas de besoin nos appareils ou encore les recycler. Nous vous incitons principalement au recyclage des vieux appareils puisque nous savons que, de nos jours, les nouvelles technologies prennent une place importante dans nos vies.

Il y a des recycleries qui offrent une seconde vie aux déchets électroniques pour les réparer et les nettoyer, puis les remettre en vente à des prix moins élevés, ce qui permet de réduire l’empreinte écologique* des utilisateurs.

*Empreinte écologique : l’empreinte écologique est un indicateur et un mode d’évaluation environnementale qui comptabilise la pression exercée par les hommes envers les ressources naturelles et ce que la nature peut offrir. 

Plusieurs organisations ont été mises en place pour le recyclage des déchets électroniques et électriques, mais le recyclage des déchets est très coûteux. ‘RSB‘ (Recycling system box) ou ‘RPEC’ (recyclage des produits électroniques du Canada) sont des organismes réputés pour ce qui est du recyclage des déchets électroniques et électriques.

Voilà ce que vous pouvez aussi faire pour aider à réduire les déchets électroniques :

  • Donner ceux qui sont encore en état de marche à des amis ou les donner à des organismes de bienfaisance.
  • Choisir des marques qui utilisent des produits recyclés ou qui proposent un programme de recyclage. 
  • Acheter ses appareils dans des magasins qui offrent des programmes de recyclage et/où ils reprennent les vieux appareils. (Par exemple, de nombreuses compagnies de téléphones cellulaires offrent ce service.)
  • Recycler ses vieux appareils plutôt que de les jeter. Certaines entreprises valorisent ce problème environnemental et proposent d’acheter les vieux appareils afin de les recycler ou les réutiliser.
 

 

Source :

 equiterre 

 Wikipédia 

 lemonde ,

geoconfluence

unep

recyclage

Ce contenu a été publié dans Canada, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *