Les flatulences de vache,une solution énergétique?

Par Derek Mckinnon et Mathieu Dorais (2014)

Les flatulences de vache, une solution énergétique?

De nos jours, les problèmes énergétiques sont en grande expansion et les solutions ne sont pas aisées à trouver. Nous sommes constamment à la recherche de nouvelles solutions pour contrer ces problèmes. S’il existait une solution simple, juste sous nos yeux, un moyen de transformer un problème en solution simple, rentable et écologique? Cette solution pourrait bien avoir été trouvée par des chercheurs argentins. Celle-ci consisterait à utiliser les flatulences des vaches pour remplacer les produits pétroliers afin de faire rouler nos voitures ou même faire fonctionner nos électroménagers.

 

Pour parler directement du problème, nous savons que la pollution est produite par plus  d’une chose, mais une de celles-ci est moins connue et plus étrange que les autres : les flatulences des vaches. Les flatulences des vaches polluent beaucoup plus que l’on ne le croit, en fait, selon une étude réalisée par l’Institut national de technologie agricole (INTA) , les flatulences des vaches constitueraient 30% des gaz polluants de l’Argentine qui abrite 300 millions des 1300 millions de bovins de la planète). Cette même étude a aussi démontré  qu’un bovin à lui seul pouvait produire jusqu’à 800 à 1000 litres de méthane par jour. Le méthane étant un gaz 20 fois plus polluant que le CO2, contribue grandement à l’effet de serre présent sur notre planète.

Pour en revenir aux flatulences des vaches, celles-ci représentent 14,5% des émissions totales de méthane associées aux humains. Cela fait beaucoup de polluants seulement pour une espèce animale. Heureusement, grâce aux recherches de l’Institut national de technologie agricole, il serait maintenant possible de capter ces gaz et les utiliser à bon escient. Cela permettrait de réduire l’émission de polluants totaux, car nous pourrions les utiliser pour diminuer la consommation en pétrole, par exemple.

vaache

 

lien photo

 

En effet, cela est possible grâce à l’appareil appelé le « digesteur ». Une invention qui sert à pomper les gaz digestifs des vaches directement de la poche de leur estomac. Les gaz sont ensuite stockés dans un sac de plastique situé sur le dos de l’animal. Le système fonctionne par le biais de canules, de petits tubes constitués de matières plastiques, de métal ou de caoutchouc. Une fois les flatulences recueillies, les 300 litres de méthane recueilli par jour sont séparés des autres gaz pour ensuite être comprimés et ainsi être utilisables. Les chercheurs utilisent une méthode plutôt efficace qui permet d’obtenir une concentration d’environ 95 pourcents de méthane. Ils utilisent de la monoéthanolamine industrielle pour éliminer le dioxyde de carbone et le sulfure d’hydrogène. Selon un chercheur de l’INTA, le méthane recueilli d’une seule vache en une journée permettrait de faire fonctionner un réfrigérateur pendant 24 heures. De plus, selon le chercheur Finster, l’efficacité du bétail pourrait être augmentée grâce à une meilleure alimentation.

Ce n’est peut-être pas la solution la plus avantageuse pour le moment, mais, selon l’Institut national de technologie agricole, elle pourrait être une alternative intéressante dans le futur, car les combustibles fossiles se feront en effet de plus en plus rares et convoités. De plus, certains pensent que cette solution n’est pas éthiquement correcte, sachant que les vaches se font perforer le ventre et pourraient bien évidemment en souffrir. Même si l’institut national de technologie agricole assure de ne pas maltraiter les vaches, les gens ne sont peut-être pas tout à fait prêts à utiliser de telles solutions. Cela  reste tout de même une avancée dans la recherche vers des solutions innovatrices de plus en plus écoénergétiques! Nous sommes probablement sur la bonne voie!

 

 

Références 

Informations sur les émissions de méthane

source 1

source 2

 

Ce contenu a été publié dans Argentine, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *