Les impacts de notre sur consommation de plastique

Ariane Grefford (2019)

Les impacts de notre surconsommation de plastique

Depuis déjà fort longtemps, le plastique fait partie de nos vies quotidiennes. Par exemple, la plupart des brosses à dents que nous utilisons sont composées de plastique ainsi que  les sacs qui servent à transporter notre épicerie, nos télécommandes de télévision, nos souliers, etc. En grande partie, nos objets de la vie courante sont composés de plastique!

source:

 

Notre environnement, une décharge

La consommation de plastique est en train de provoquer un  désastre planétaire. Le problème est que nous continuons, en tant que société, même après toutes les recherches effectuées sur le sujet, à produire de plus en plus de plastique. Nous continuons de consommer de  manière excessive. La société moderne nous pousse à consommer de cette manière. Nous devrons prendre au sérieux le fait que cette planète est la seule que nous avons. Nous devons en prendre soin! Il n’est pas trop tard pour aider notre planète, notre faune, notre flore et même sauver l’espèce humaine d’une catastrophe environnementale.

Notre plus grande erreur à ce niveau est probablement la production de sacs de plastique, ceux donnés à l’épicerie ou dans les magasins à grandes surfaces. Ils sont donnés en quantité industrielle tous les jours. Une seule personne peut consommer jusqu’à une vingtaine de sacs de plastique par semaine lors de ses achats! Environ 5000 milliards de sacs de plastique non recyclés sont consommés chaque année, ce qui représente environ 715 sacs plastifiés par être humain en seulement une année! Ceci équivaut à 10 millions de sacs fabriqués et vendus par minute. S’ils étaient tous attachés ensemble, ils pourraient faire 7 fois le tour de la Terre, toutes les heures. Seulement 9% de notre production de plastique est recyclée. Le reste se retrouve dans les décharges, l’environnement, nos canalisations et l’océan. Ces déchets prendront des milliers d’années avant de se décomposer entièrement.  D’ici 2050, notre  environnement comptera près de 12 milliards de tonnes de déchets plastifiés. Le plastique est fabriqué de polymères très difficiles à décomposer de façon naturelle. Les polymères se dégradent à de fortes températures, ce que notre environnement ne peut leur procurer.

Notre environnement maritime, qui n’a rien demandé, est rongé par nos actes. Erik Solheim, l’ancien directeur du programme environnement de l’ONU, a déclaré dans un rapport : «Nos océans ont été utilisés comme une décharge, ce qui provoque l’étouffement de la vie marine et transforme certaines zones marines en soupe de plastique.» Tout le monde aime aller se reposer dans le sud, mais savons-nous vraiment comment une simple petite semaine au Mexique peut être néfaste pour la planète. Les pieds sur le sable, les yeux dans l’eau, à mille lieux de tout, sur une plage dans les Caraïbes, on imagine toujours que l’océan est comme l’eau dans laquelle on se baigne! Pourtant, une partie de l’eau des océans est traitée tous les jours, celle dans laquelle nous nous baignons, par le personnel des centres hôteliers. En effet, des systèmes permettent de filtrer l’eau de certaines plages touristiques.

Les touristes contribuent à polluer les plages des pays en développement. Ainsi, des voyageurs abandonnent leurs bouteilles d’eau devenues trop encombrantes, des fêtards laissent sur le sol des canettes vides, des enfants oublient leurs pelles, leurs sceaux. Nous pourrions continuer longtemps ainsi. Nous voyageons en conservant nos vieilles habitudes. Nous continuons de consommer de façon excessive. Même lorsqu’ils sont jetés dans les endroits appropriés, ces déchets contribuent à la pollution. 

source:

Un huitième continent est formé de plastique dans nos océans. Plusieurs îles flottantes ont été identifiées un peu partout en mer. La plus grande partie se retrouve dans l’océan Pacifique. La masse de plastique présente actuellement dans tous nos océans est de sept millions de tonnes. Cette masse, dans les océans, en 2007, était six fois supérieure à celle du zooplancton, ce qui pollue grandement l’habitat des animaux aquatiques.

C’est pourtant si simple:

Depuis 2008, au Québec, plusieurs commerçants ont décidé de réduire le nombre de sacs plastifiés en circulation, en les vendant 0,05$ chacun.  De plus, certains commerçants vendent des sacs réutilisables. Dorénavant, de gros bacs verts sont vendus pour transporter vos achats. Dans certaines villes, aux États-Unis entre autres, on interdit la distribution de sacs gratuits dans les magasins grandes surfaces.

Les bouteilles d’eau vendues à l’unité sont aussi un grand fléau de notre société. Les bouteilles véganes sont peut-être la solution pour contrer ce désastre! Elles sont fabriquées à partir de déchets complètement organiques (canne à sucre, cacao, pépins, carottes, pommes). Les bouteilles véganes sont non toxiques, elles ne contiennent aucun pétrole et cette initiative contribue grandement à lutter contre la surproduction d’objets plastifiés. De plus, ces bouteilles sont 100% biodégradables! Pour leur donner une seconde vie, vous n’avez qu’à les couper en deux et faire de petits trous dans le fond, puis les planter avec des graines à l’intérieur. Vous obtiendrez alors de nouvelles plantes! Ces bouteilles sont dorénavant sur le marché en France! Ce petit changement pourtant minime pour vous est un très grand avancement au niveau environnemental. Un petit pas pour l’homme, mais un grand pas pour l’humanité.

 

Références:

Équiterre:

La presse:

Veganbotlle:

 

Ce contenu a été publié dans France, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *