Les panthères de Floride

Par Noémie Houde et Jessica Parisien-Ferguson ( 2014 )

Les panthères de Floride

sans-titre

De nombreuses espèces sont aujourd’hui en danger critique d’extinction, pour de nombreuses raisons, en majeure partie à cause de l’humain. Parmi ces espèces, on retrouve la panthère de Floride. En fait, ce n’est pas véritablement une panthère, cet animal étant considéré comme un puma. On peut le voir alors comme un cousin du chat. Il s’agit d’une des espèces les plus menacées sur la Terre. Actuellement, la panthère figure dans la catégorie  « en danger critique d’extinction ». Elle fut placée dans cette classification par l’organisme US Fish and Wildlife Service en 1967. Elle ne fut classée comme espèce menacée par l’état de la Floride qu’en 1973. En 1995, il n’en restait plus qu’une vingtaine sur notre planète. La panthère vit présentement dans une partie du Sud-Est des États-Unis, la Floride, plus précisément dans les Everglades* et dans le marais de Big Cypress. Elle est malheureusement en danger à cause de plusieurs facteurs dont le manque de nourriture, la reproduction difficile et les aménagements faits par les humains.

 

800px-Florida_in_United_States.svg

Grave manque de nourriture

Puisque aujourd’hui, la plupart de ses proies sont menacées, la panthère a de plus en plus de difficulté à se trouver de la nourriture. Cette espèce se nourrit principalement de lièvres, d’oies, d’écureuils, de sangliers sauvages, de tantales d’Amérique et de cerfs de Virginie. Le lièvre n’est pas considéré comme une espèce menacée par l’organisme UICN ( Union internationale pour la conservation de la nature ). Le sanglier sauvage, le tantale d’Amérique et le cerf de Virginie sont répertoriés dans la classe « préoccupation mineure » par l’UICN. De plus, d’autres espèces, dont l’humain, chassent ces espèces. La panthère se nourrit en moins grande quantité et elle risque de mourir de faim.

Reproduction difficile

En 1990, les chercheurs ont découvert que le félin subissait de graves problèmes de santé tels que des malformations cardiaques, du sperme de mauvaise qualité et de faibles taux de testostérone, en plus d’être extrêmement infesté par des parasites, ce qui avait pour conséquence de compliquer la reproduction de la panthère. Les produits chimiques dégagés dans l’environnement par les humains représentent d’ailleurs la principale cause de ces problèmes.

Les aménagements

De plus, les routes et les habitations construites par l’être humain endommagent fortement l’habitat de la panthère. Ne sachant plus où aller, plusieurs d’entre elles décèdent suite à des impacts avec des automobiles. Les aménagements humains demeurent la plus grande menace pour les panthères.

Des solutions

Depuis 1958, il est interdit de chasser la panthère de Floride. Malgré cet effort, l’espèce demeure menacée. Suite à ce constat, en 1976, un groupe de sauvegarde est créé sous le nom de « The Florida Panther Recovery Team ». Ils font tout ce qui est en leur pouvoir pour sauver ces félins. Malheureusement, la situation ne fait qu’empirer et les efforts produits par ce groupe ont donné des résultats minimes qui ne sont pas à la hauteur de leurs espérances. Plusieurs autres solutions furent testées telles que l’élevage en captivité et la préservation du gibier.

 

Florida_panther_at_Audubon_Center,_Stuart,_Florida

Élevage en captivité

L’élevage en captivité consiste à élever des animaux menacés et de les libérer ensuite dans des réserves naturelles pour éviter que ces espèces ne disparaissent. Ces animaux sont relâchés lorsque ces espèces ne sont plus menacées et/ou que la menace d’extinction a grandement diminué. Ils ne peuvent pas réintégrer ces animaux dans la nature avant que la menace ne soit modérée, sinon les risques de disparition de l’espèce augmentent fortement. Cependant, cette solution ne fût pas la meilleure si on la compare aux autres tentatives expliquées plus bas.

Préservation du gibier

Afin de remédier au problème du manque de nourriture, l’État de Floride a instauré un programme de préservation du gibier pour les panthères. En effet, il est désormais interdit de chasser les proies de ce félin afin de préserver l’animal de la famine. Heureusement, la réussite de cette initiative a favorisé l’accès à la nourriture pour ces bêtes.

 

Un croisement entre deux espèces

En 1995, fruit de leurs efforts, les scientifiques trouvent une solution afin de sauver ces félins. Ils intègrent huit panthères du Texas sur un territoire déjà occupé par les panthères de la Floride.  Depuis, la population d’hybrides a triplé en nombre, ce qui a beaucoup aidé à leur survie.  Ils sont maintenant plus variés génétiquement. Leur condition physique s’est aussi améliorée suite à la venue de ces panthères du Texas. Il ne s’agit peut-être pas de la panthère de la Floride, mais au moins, elles font partie de la même sous-espèce, permettant ainsi la reproduction entre elles et amenuisant fortement la menace de disparition sur l’espèce depuis ces années.

Suite à cela, l’état de Floride décide de continuer sur cette voie avec une sous-espèce, le cougar d’Amérique du Nord. Les deux espèces sont dans la même lignée phylogénétique que nous définissons comme étant l’ensemble des animaux ayant le même ancêtre et qui conserve sa propre identité face à l’autre espèce. Ce croisement a permis d’éviter la consanguinité dans la population de ces panthères.

Autres croisements

Auparavant, ce type de croisement fût déjà observé. Par exemple, un lion et un tigre furent croisés ensemble. Comme résultat, ils obtinrent un ligre. Ils essayèrent aussi avec d’autres espèces telles qu’un zèbre et un âne ce qui donna un zébrâne. Cependant, cette descendance ne peut en aucun cas se reproduire. La plupart de ces types de croisement engendrent des descendants stériles ce qui n’est pas le cas avec d’autres espèces. Le croisement de la panthère de Floride avec la panthère du Texas figure parmi ces exceptions puisque la panthère n’a pas été reproduite avec une espèce différente, mais avec la même espèce qui, elle, vient seulement d’un territoire différent. Le croisement de la panthère du Texas, en meilleure santé, avec celle de la Floride aide grandement la santé de cette dernière.

Un ligre

Un ligre

Par contre, une menace plane toujours puisque les collisions avec des automobiles affectent encore la population de cette espèce. Des panneaux de signalisation demeurent présents sur les routes afin d’avertir les automobilistes de la présence possible de panthères.

En conclusion, ne devrions-nous pas prendre au sérieux la menace?  Cette espèce pourrait en effet disparaître à jamais. Peu importe que ce soit la panthère ou toute autre espèce sur cette planète, il serait avisé de préserver le fragile équilibre qui règne entre les animaux et leurs écosystèmes.

* Parc national situé en Floride. Ce parc renferme plus de 36 espèces en voie de disparition.

Références : Wikipédia

Le soleil de la Floride

Over-blog

Les zoos dans le monde

Forumactif

Wikipédia anglais

Ce contenu a été publié dans États-Unis, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Les panthères de Floride

  1. Éric Perras dit :

    Beau travail de sensibilisation, nous avons besoin, en ce moment plus que jamais, que les gens prennent conscience de l’impact de l’humanité sur le reste de la biosphère. C’est critique à tout point de vue, la surconsommation étant sans doute le pire des fléaux.
    Par ailleurs, il m’étonnerait que le cerf de virginie soit en difficulté (peut-être en Floride, qui n’est sans doute pas un milieu privilégié pour cette espèce sauf peut-être, historiquement, pour le nord de l’État). Le cerf de Virginie est une espèce qui déstabilise plusieurs écosystèmes un peu partout aux États-Unis où l’hiver est clément et où les pratiques de culture favorisent sa multiplication. De plus, l’agriculture à grande échelle a éliminé presque tout les prédateurs naturels du cerf de virginie. En fait, seul la chasse et les accidents routiers semblent contribuer à limiter la croissance des populations. Cette espèce herbivore détruit toute les nouvelles poussent lorsqu’en surnombre et modifie grandement l’environnement par son broutage et son piétinement. Si aucun contrôle n’était fait, les milieux seraient sans doute davantage modifiés jusqu’à ce qu’à ce que la population atteignent un « apogée » et alors, par manque de nourriture (peu probable ici car l’espèce a su tirer profit des pratiques de culture humaine) et/ou l’opportunisme des organismes parasitaires qui se multiplient beaucoup plus efficacement en situation de surpopulation; réguleraient naturellement la population de cerf en provoquant son effondrement.

  2. Guylaine Marchildon dit :

    Très belle recherche. C’était intéressant et instructif. Bravo!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *