L’implantation de nouvelles espèces !

Par Audrey Leroux (2008)

L’implantation de nouvelles espèces !

Nouvelle-Zélande en bref

La Nouvelle-Zélande, à cause de sont  long isolement (80 millions d’années), a subit une évolution du vivant  plutôt particulière. Elle abrite environ 40 espèce endémiques (= présentes seulement ici).  Avant l’arriver des humains, vers probablement 1200 et 1300 après J.C., il n’existait que 2 espèces de mammifères terrestres (des chauves-souris). La Nouvelle-Zélande est formée de deux grandes îles montagneuses (l’île du nord et l’île du sud) et c’est sur l’île du nord que se concentre la majeure partie de la population. En tout, il y a 4 107 000 habitants.

kiwii

C’est en Nouvelle-Zélande qu’aura lieu cette année la journée mondiale de l’environnement (2008). Cette journée aura pour thème <>. L’accent  sera également mis sur le rôle des forêts face aux gaz à effet de serre. Environ 20% des émissions de gaz qui contribuent au changement climatique de cette planète sont le résultat de la déforestation, du déboisement. La Nouvelle-Zélande, où la conservation des forêts est primordiale, en profitera pour faire valoir sont point de vue. Le sous secrétaire générale de l’ONU  a même indiqué que :<< la Nouvelle-Zélande est parmi un des groupes pionniers de pays engagés à accélérer une transition vers une économie  à faible carbone et sans carbone. Nous sommes donc ravis que les principales manifestations de la journée mondiale de l’environnement 2008 se tiennent à Wellington (capitale de la Nouvelle-Zélande) et dans les communautés à travers cette nation du sud du pacifique. >>La Nouvelle-Zélande est l’un des premier pays à s’engager pour un futur sans carbone. la Nouvelle-Zélande est donc un pays qui fait très attention a l’environnement. Cependant on y observe plusieurs disparitions d’espèces.

Les invasions

Les omnivores (plus principalement les rats), sont des espèces assez efficaces pour se trouver des ressources alimentaires. C’est-à-dire que lorsque l’une des

 

kiwi-animal

ressources s’éteint, ils font seulement se tourner vers une autre ressource. De cette façon, ils continuent à bien se nourrir et à rester en vie. Les rats sont des espèces introduites dans plusieurs pays et ces petites bêtes sont responsables de plusieurs disparitions de vivants. Voici un exemple qui s’est produit en Nouvelle-Zélande : à la suite d’un naufrage, en 1964, ces petits rongeurs ont atteint  l’île de Big South Cape (île de la Nouvelle-Zélande). En moins de deux ans , ces minuscules boules de poils ont fait disparaître plusieurs espèces dont 5 espèces d’oiseaux endémiques et l’une des trois  espèces de chauve-souris présentes en Nouvelle-Zélande.

Invasions de papillons australiens

 

En 2007, une phalène invasive s’est introduite dans la région d’Auckland où elle y a pondu. Les larves de ce papillon de nuit mangent les feuilles des eucalyptus et sont en train de détruire les arbres de la ville et de ses alentours. Les premières phalènes australiennes découvertes datent de 1992. Ces insectes auraient été introduits  par erreur dans  un chariot de golf. Les phalènes sont devenues tellement nombreuses qu’il est devenu pratiquement impossible de toutes les supprimer. À ce jour, le seul moyen de combattre les papillons serait un traitement chimique , mais aucune recherche n’a abouti pour l’instant. L’invasion risque de causer de gros dégâts aux forêts dans ce pays.

Solution

 

Pour éliminer les espèces envahissantes, plusieurs options s’offrent à nous. Il y a des approches mécaniques (pour ce qui est des plantes par arrachage ou pour ce qui est des mammifères par piégeage) chimiques et biologiques. Avant d’utiliser l’une de ces approches, il faut étudier l’espèce dans son milieu naturel. On peut aussi introduire une espèce qui fera disparaître l’espèce non désirée, mais cette façon n’est pas conseillée parce que cela peut causer de nouveaux problèmes. C’est ce qui est arrivé au Canada avec les coccinelles asiatiques. Maintenant que certaines ont été introduites ici pour nous débarrasser des pucerons il y en a partout …Les coccinelles asiatiques sont des coccinelles implantées  au États-unis et en Europe comme agents de lutte biologique. Ces coccinelles asiatiques, importées outre-Atlantique dès le début des années 80 comme agent biologique, se sont en effet révélées être, dans certaines conditions, des ravageurs pour la viticulture. Originaire du sud-est asiatique, la coccinelle Harmonia axyridis se nourrit de pucerons, d’autres insectes, de pollen et de nectar. Vorace, elle constitue un très bon agent de lutte biologique contre les pucerons, mai,s en s’implantant ici, elle crée des problèmes et menace d’autres espèces de coccinelles…et étant donné que ce ne sont pas les même sortent que les coccinelles du Canada les coccinelles Asiatique sentent mauvais et ont un mauvais goût, ce qui fait que les oiseaux prédateurs de coccinelles ne veulent plus les manger. C’est pourquoi il y en a tant. Il est donc difficile de préserver la vie de toutes les espèces …

Références :

 

environnement

journée mondiale de l’environnement 2008

histoire

Ce contenu a été publié dans Nouvelle-Zélande. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *