Marais filtrant: une solution abordable

Carla Denise Pelletier, Émilie Courtemanche (2016)

Marais filtrant: une solution abordable

Problème

Les eaux usées sont formées à partir des eaux qui sont de nature à contaminer les milieux dans lesquels elles sont déversées. Elles sont formées du sous-produit d’une utilisation humaine. Il existe trois types d’eau usée: les eaux grises, les eaux noires et les eaux d’écoulement de surfaces imperméables. Les eaux grises sont des eaux peu chargées en matières polluantes. Par exemple, l’eau provenant du lavage des mains. Les eaux noires sont des eaux qui contiennent des substances néfastes ou difficiles à éliminer, par exemple, des produits de beauté. Les eaux d’écoulement de surfaces imperméables sont des eaux contaminées par divers polluants. Des surfaces imperméables sont, par exemple, des toitures, des allées pavées, des routes et stationnements asphaltés.

La grande majorité des eaux usées sont déversées dans des lacs, des rivières, des océans, etc. Ces eaux rejetées contiennent des polluants inquiétants, car les systèmes de traitement n’arrivent pas à retirer tous les polluants de l’eau.  Durant le traitement des eaux, du dioxyde de carbone et du méthane sont libérés. La libération du dioxyde de carbone et du méthane peut causer une augmentation de l’effet de serre. Plusieurs problèmes environnementaux et de santé sont provoqués par des cours d’eaux usées. Quand la pollution provoque une baisse d’oxygène dans l’eau, les poissons et les insectes qui y vivent étouffent. À cause des produits chimiques présents dans l’eau, les populations de poissons ont de la difficulté à se reproduire. On peut aussi observer la présence de tumeurs chez certains poissons.

Le rejet d’eaux usées peut aussi entraîner des restrictions en matière d’utilisation de l’eau. Par exemple, si l’eau du fleuve St-Laurent est contaminée, l’accès sera limité pour les activités nautiques. Pour les villes situées près de Montréal, la production d’eau potable est plus dispendieuse suite à la contamination de l’eau. La collecte et le traitement des eaux usées entraînent le rejet de produits chimiques dans l’atmosphère. Les produits chimiques libérés sont le méthane, le dioxyde de carbone, de l’oxyde d’azote, du sulfure d’hydrogène, du chlore, etc.

Le retrait de solides organiques et inorganiques produit, quant à lui, des quantités phénoménales de résidus solides. Plusieurs étapes sont nécessaires pour retirer les solides organiques et inorganiques. La première c’est le prétraitement. Dans cette étape, l’eau traverse une grille qui permet d’éliminer les gros déchets, ensuite elle passe au travers de tamis pour éliminer les plus petits déchets. La deuxième étape est le traitement physio-chimique. Cette étape élimine environ 70% des matières en suspension dans l’eau.  La troisième étape est la clarification. Elle permet de séparer l’eau dépolluée des boues ou résidus secondaires provenant de la dégradation des matières organiques. Dans certaines installations de traitement, les solides inorganiques et d’autres matériaux qui ne sont pas biodégradables sont transportés dans des lieux d’enfouissement. Les résidus solides sont utilisés soit comme fertilisant ou conditionneur de sol. Ils peuvent aussi être envoyés dans un lieu d’enfouissement ou dans un puits.

Solution

Plusieurs moyens peuvent permettre de traiter les eaux usées, mais celui ayant attiré notre attention est le marais filtrant. Un marais filtrant est un marais utilisé pour épurer des eaux et dépolluer des sols en utilisant des plantes et de la microflore bactérienne. Il existe plusieurs types de marais, par exemple: les marais à écoulement en surface, les marais à écoulement horizontal sous la surface et les systèmes composés uniquement d’unités à écoulement vertical en série.

Les marais à écoulement en surface sont constitués de canaux ou de bassins pas très profonds dans lesquels les eaux usées passent au travers des plantes émergentes et de la litière accumulée au-dessus d’une couche de sol servant à l’enracinement des plantes. Les marais à écoulement horizontal sous la surface sont constitués de bassins remplis de milieux poreux dans lesquels des plantes émergentes sont placées. Les eaux usées passent horizontalement sous la surface au travers des milieux et des racines des plantes. Les systèmes composés uniquement d’unités à écoulement vertical sont alimentés de façon intermittente, ce qui veut dire qu’ils s’arrêtent par intervalles. Dans ce type de marais, les eaux usées sont distribuées sur la surface du système et traversent, par la suite, les racines des plantes jusqu’au réseau de drainage. Ce réseau est situé au fond du système.

Un marais filtrant peut être naturel ou artificiel. S’il est artificiel, il est équipé d’une toile géotextile. Cette toile offre une autre possibilité que les fosses septiques, les champs d’épuration ou la connexion au réseau d’égouts. C’est sous la surface du sol que de hautes plantes filtrent la charge organique et redonnent l’oxygène à l’eau. La filtration permet d’éliminer des matières organiques, des produits toxiques et permet également d’empêcher la propagation des algues bleues. D’ailleurs, on compte déjà une centaine de ces marais dans la province de Québec. La France, quant à elle, en compte près d’une centaine. Les marais filtrants dégagent beaucoup d’énergie. Cette énergie peut être recueillie et peut servir à alimenter de deux à cinq maisons. Les marais filtrants ne sont pas très dispendieux et s’intègrent facilement à la nature.

En conclusion, toutes les villes devraient posséder des marais filtrants pour des raisons environnementales et de santé.

Références :

eaux usées,

rejets des polluants,

marais filtrant,

statistiques,

solutions.

Ce contenu a été publié dans États-Unis, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Marais filtrant: une solution abordable

  1. Karine Brault dit :

    Très beau texte les filles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *