Quels sont les effets du mercure sur les êtres vivants?

Maxime Couture et Marc-Olivier St-Laurent (2018)

Quels sont les effets du mercure sur les êtres vivants?

Le mercure, un réel danger?

Le mercure est un danger pour l’humain et pour bien d’autres espèces vivantes. Lorsque le mercure se retrouve dans le sol et dans les lacs, celui-ci est converti par les micro-organismes en méthylmercure. Il peut occasionner des problèmes de santé allant d’éruptions cutanées à des anomalies congénitales. En cas d’empoisonnement extrême, le mercure peut même causer la mort. De plus, le mercure nuit au développement du cerveau des enfants, donc il nuit à leur apprentissage. Le mercure s’accumule dans la nature à cause d’activités humaines comme la combustion de combustibles fossiles, l’exploitation minière et la combustion des déchets solides.

File:Pouring liquid mercury bionerd.jpg

Source

Le méthylmercure et le mercure élémentaire sont les formes les plus dangereuses du mercure. D’après certaines expériences scientifiques, le méthylmercure peut, possiblement, engendrer des tumeurs cancéreuses, mais ces expériences sont peu  concluantes. Il est dangereux, pour la croissance du fœtus, d’exposer la mère au mercure(en mangeant des fruits de mer, par exemple, car ceux-ci ont de fortes chances d’avoir été exposés au mercure) ainsi qu’aux vapeurs de mercure élémentaire (qu’on peut retrouver, entre autres dans certains amalgames dentaires ou dans certains lieux de travail industriels).

Les poissons absorbent très rapidement le méthylmercure, car il s’accumule facilement dans l’eau. Par la suite, la concentration de mercure augmente le long de la chaîne alimentaire, c’est-à-dire que si un animal mange un poisson qui contient du mercure, celui-ci sera contaminé à son tour. Ceci se répète lorsqu’un autre animal mangera le précédent. L’image ci-dessous explique bien le phénomène.

File:MercuryFoodChainMercureBioconcentration-frFL.png

Source

Le Canada fait-il quelque chose?

Bien que le mercure soit très dangereux pour l’environnement et pour l’humain, il existe des solutions à ce problème. À ce jour, le gouvernement canadien a déjà pris un nombre considérable de mesures afin de réduire la quantité de mercure que nous consommons ainsi que pour réduire les quantités de mercure rejetées dans l’air, dans les sols et les eaux. Par exemple, une réglementation sévère encadre  maintenant les émissions de mercure provenant des fonderies de métaux. L’ensemble de ces mesures ont permis une réduction des émissions de mercure de 90% par rapport aux années 70.

Nous allons maintenant nous concentrer sur deux de ces mesures : l’analyse du taux de mercure dans les poissons et la réduction des émissions de mercure dans l’air par les industries. Ces mesures sont mises en vigueur par Santé Canada.

Est-ce que cela signifie de ne plus manger de poisson?

Pour assurer une dégustation saine du poisson, des recommandations sur la concentration de mercure dans le poisson ont été établies. En général, la concentration de mercure dans les poissons qui sont consommés au Canada est faible. Malgré tout, le mercure est toujours présent dans les poissons consommés et, malheureusement, tous les poissons sont affectés. Certaines espèces en contiennent moins comme le colin, la sardine et le saumon. En manger trop souvent peut vous exposer dangereusement au mercure. Pour éviter cela, le guide alimentaire canadien nous recommande une faible consommation de poisson par semaine, soit 187,5 grammes (ce qui correspond à 2,5 portions de poisson) pour un adulte en santé. Il faut préférer des espèces sans restriction pour les jeunes enfants ainsi que pour les femmes enceintes. Il est très important pour une femme portant un enfant d’être informée à ce sujet.

Le gouvernement du Canada a, au fil des années, mis en place des lois et des règlements à propos du mercure, par exemple les standards pancanadiens sur les émissions de mercure dans les centrales électriques alimentées au charbon. Il a procédé à la fermeture de nombreuses usines (comme des usines qui fabriquaient des amalgames dentaires ou des lampes contenant du mercure) qui rejetaient des quantités monstrueuses de mercure dans l’environnement.

 

Références:

lenntech.fr

Canada.ca

ec.gc.ca

L’accord

toutCOMMENT 

Extenso

Ce contenu a été publié dans Canada, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *