Roundup : c’est assez !

Kathryn Massie et Meg-Ann Lespérance (2018)

Roundup: c’est assez!

Les méthodes actuelles pour enlever les mauvaises herbes de nos surfaces agricoles, comme de nos petits jardins, sont très nocives pour nos sols et notre santé.

Source

Problèmes

Pour commencer, qui n’a pas entendu parler du Roundup? Personne! Il est populaire parce qu’il est facile d’utilisation, efficace et peu coûteux. Le Roundup contient du glyphosate, un herbicide utilisé pour se débarrasser des mauvaises herbes. On peut s’en servir sur les terres agricoles comme dans les petits jardins. Il est dangereux pour notre environnement puisqu’il a des impacts sur la faune et la flore. Pourtant, des milliers de bouteilles de Roundup sont vendues chaque année au Canada et ailleurs dans le monde.

Cet herbicide est toxique pour la flore, parce qu’il bloque une voie métabolique spécifique de la croissance de certaines plantes. De plus, on a observé que le glyphosate est acheminé des tiges vers les racines et il peut de cette façon affecter les plantes non ciblées.

De plus, le glyphosate est nocif pour la faune. Des études effectuées sur des rats ont démontré un effet négatif sur la fertilité des mâles et l’apparition d’anomalies au niveau des spermatozoïdes. Ce produit a aussi des effets négatifs sur les grenouilles, notamment sur leurs hormones thyroïdiennes. Malgré ces effets, il demeure l’un produit des plus utilisés dans le monde. Le Canada est un grand utilisateur de glyphosate.

Le Centre International de Recherche sur le Cancer ( CIRC ) est une agence intergouvernementale de recherche sur le cancer créée en 1965 par l’Organisation mondiale de la santé. Son rôle principal consiste à diriger les recherches sur les causes du cancer à travers le monde. Des résidus de glyphosate, un produit classé cancérogène par le CIRC, ont été retrouvés sur des céréales et sur des légumineuses. Ceci a été relevé en septembre 2017 par l’ONG Générations Futures qui a fait analyser une trentaine d’échantillons. Générations Futures est une association française qui a pour but de soutenir une agriculture durable.

L’Agence Canadienne d’Inspection des Aliments (ACIA)  a, elle aussi, trouvé des résidus de glyphosate dans près du tiers d’un échantillonnage de 3200 aliments. La recherche a été menée sur 482 fruits et légumes, 2497 échantillons de grains comme l’orge, le sarrasin, le quinoa, les haricots, les pois, les lentilles et 209 échantillons de nourriture pour enfants. De plus, Louise Hénault-Ethier, chef des projets scientifiques et membre du collectif de recherche sur les pesticides, croit qu’Ottawa devrait penser aux risques à long terme de consommer quotidiennement des produits contenant du glyphosate.

Le glyphosate est beaucoup utilisé, même ici au Québec, et ses effets ne sont pas néfastes seulement pour les consommateurs, mais aussi pour les agriculteurs respirant ce produit chaque jour. Par exemple, un journaliste de Radio-Canada a interviewé Heidi Asnong, une productrice de maïs et de soya à Pike River, au sud du Québec et celle-ci dit  »Des fois, même quand j’arrose avec mon tracteur, dans la cabine, je sens vraiment que j’ai un mal de tête ». À long terme, cela aura probablement des conséquences sur la santé des agriculteurs.

 

source

Solutions 

Une entreprise française a mis au point un désherbant sans produits chimiques. Ce désherbant, d’origine naturelle et non polluant, est fait à base d’huile de colza. Il élimine les mauvaises herbes en les asséchant sans attaquer les racines et peut être utilisé en agriculture.

Il existe également certains désherbants biologiques que vous pouvez préparer vous-même à la maison. Cela est simple, rapide et beaucoup moins nocif pour vous ainsi que pour l’environnement.  Par exemple, vous pouvez mélanger du vinaigre et de l’eau salée. Il suffit d’arroser les mauvaises herbes avec ce mélange et lorsqu’elles jaunissent on les arrache et le tour est joué! On peut aussi utiliser l’eau de cuisson de pommes de terres qui fonctionne de la même façon que l’eau salée et le vinaigre et produira le même effet. Ces herbicides naturels, contrairement au Roundup, ne sont pas néfastes pour les sols et les organismes qui y vivent. Ils ne sont pas nocifs pour la santé des gens qui les utilisent.

La deuxième solution que nous avons trouvée est le désherbeur thermique. Il suffit d’approcher des mauvaises herbes de votre  jardin une très forte chaleur durant environ 2 secondes. Cette technique ne tue pas la mauvaise herbe instantanément, mais, dans les jours qui suivent, la plante déssechera. Cette méthode écologique de désherbage est de plus en plus utilisée. De plus, cette technique n’est vraiment pas néfaste pour ceux qui l’utilisent.

Références:

Radio-Canada2

Radio-Canada

Génération Futures

Journal 

wikipédia

santé humaine

cancer

Effets du glyphosate

Désherbant biologique

Désherbeur thermique

Ce contenu a été publié dans Canada, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *