S.O.S aux petites bestioles rayées

Par Karianne Loiselle et Mélodie Paiement (2012)

S.O.S aux petites bestioles rayées

Dans notre écosystème, de petits insectes noir et jaune jouent un rôle majeur dans la pollinisation,  action de féconder la fleur, qui pourrait créer un fruit et dans la production apicole (le miel). Il y a 80 % des végétaux qui comptent sur les abeilles pour être fécondés. Les guêpes, les mouches, les papillons etc. assurent aussi la pollinisation.  Ainsi plus du trois quarts des cultures en ont besoin. Aux États-Unis, on observe des pertes de 60 à 90%. 1.5 million de colonies d’abeilles ont disparu, sur un total de 2,4 millions, à travers les 27 états, depuis 2005.

Il est évident que la disparition des abeilles ne touche pas juste les États-Unis, mais aussi d’autres pays autour du globe. D’après le rapport du PNUE(Programme des Nations unies pour l’environnement),depuis 1980,il y a une perte de 70 % des plantes sauvages à fleurs, les plus importantes étant la menthe, les pois et les familles des herbacés vivaces. De plus, il y aurait un taux de mortalité des colonies d’abeilles au Canada de 29%, en France de 30% et au Japon de 25 %.Cette disparition est décrite par le terme du syndrome d’effondrement des colonies. L’une des causes de cette disparition serait le fait que les sont semences imprégnées  de pesticides (produits chimiques pour lutter contre les parasites destructeurs qui s’attaquent à la plantation). Ces produits chimiques contaminent la plante entièrement. Le pollen de la plante contaminée est recueilli par les abeilles lors de la pollinisation. Ces abeilles, par la suite, contaminent la totalité de la ruche ainsi que leurs camarades. De plus, la forte présence de pesticides (ensemble d’insecticides, de fongicides, d’herbicides et de parasiticides) dans l’air diminue le sens d’orientation, la mémoire le métabolisme du cerveau des abeilles et créé des troubles de comportement (étourdissements). Tous ces symptômes fragilisent l’état de santé de ces petites bestioles.

La disparition d’abeilles peut être à l’origine de  conséquences majeures :

  •  Il y a bien sûr  un impact sur la production apicole (le miel) qui dépend des abeilles et qui, sans elles, n’existerait point.
  •  De plus,  sans les abeilles, les fleurs ne se feraient pas féconder et, donc, il y aurait des effets sur la diversité de la flore. (Comme le démontre le film « Drôle d’abeille »). Ce film d’animation raconte l’histoire d’une abeille qui est choquée que les humains utilisent le miel. Les abeilles décident alors de se révolter et de ne plus polliniser les fleurs. Ceci entraine une diminution de la biodiversité florale.
  • « Si les abeilles venaient à disparaitre, l’humanité n’aurait plus que 4 années devant elle » avait affirmé Albert Einstein. C’est un peu exagéré, selon certains, mais, sans ces insectes, la pollinisation de nombreuses plantes ne se produirait plus, ce qui entrainerait non seulement la disparition de plusieurs plantes, mais aussi de plusieurs animaux qui en dépendent. Donc, les conséquences en termes de préservation de la biodiversité seraient également catastrophiques.
  • La plupart des cultures fruitières, légumières, protéagineuse, oléagineuse d’épices, de café et de cacao dépendent principalement des abeilles pour disperser leur pollen pour la reproduction de leur espèce. Ces milieux seraient durement touchés par la disparition d’abeilles.

Pour éviter ce dangereux phénomène, la solution la plus efficace est  l’agriculture biologique. Ce type d’agriculture s’est répendu durant les années 1970. Elle respecte les vivants en n’ayant recours à aucun engrais ou pesticide chimiques. Cette méthode de production, dite durable, se base sur la rotation des cultures,l’utilisation de produits naturels et d’engrais vert,la lutte biologique et enfin sur le compostage. En résumé, l’agriculture biologique a comme principal devoir le respect de l’environnement !!

De plus, cette forme d’exploitation des sols est favorable à la biodiversité, donc à la conservation des colonies d’abeilles.. En effet, l’agriculture biologique  contribue à augmenter la fertilité ainsi que l’activité biologique du sol en accroissant la qualité et la quantité de la matière organique dans celui-ci . Ce que l’on peut confirmer est que l’agriculture biologique est une forme tout à fait respectable d’exploitation qui pourrait contribuer à la conservation des petits insectes qui disparaissent de plus en plus par la faute des humains et plus précisément des pesticides qui affectent largement leur système immunitaire. En conclusion,le développement de l’agriculture biologique aiderait grandement à la revitalisation des colonies d’abeilles. C’est un choix judicieux d’utiliser l’agriculture biologique et donc de consommer des produits bio pour préserver l’environnement !!

agriculture biologique

disparition d’abeilles

mort d’abeilles

Ce contenu a été publié dans États-Unis. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à S.O.S aux petites bestioles rayées

  1. Eric Perras dit :

    Votre texte fait assez bien ressortir l’importance du rôle des pollinisateurs pour l’agriculture, malheureusement on reste un peu sur notre faim pour ce qui est des solutions. L’agriculture biologique c’est bien et peut certainement faire partie d’une stratégie de conscientisation et même d’amélioration et ce à bien des niveaux (environnemental, biodiversité, achats locaux etc…). Mais, à elle seule, l’agriculture biologique est assez loin de remplir toutes les exigences de nos sociétés actuelles où la majorité des gens préfère la facilité à l’effort soutenu… sans compter que les résultats on les veut maintenant et ce quitte même à hypothéquer demain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *