Stratégie sur l’utilisation durable des ressources naturelles.

Par Catherine Andichou et Laurie Beaudouin (2010)

Stratégie sur l’utilisation durable des ressources naturelles.

L’urgence existe pour tous. L’ignorer, c’est se condamner.

Une ressource naturelle est un bien, une essence, un objet ou une substance présente dans la nature. Il s’agit d’une matière première, elle constitue une ressource pour l’humain qui l’exploite pour ses besoins primaires comme secondaires, mais à quel prix ?

La surexploitation des ressources naturelles

 

JP205_surexploitation_ressources_naturelles_menu_1241

La surexploitation des ressources

Le terme d’exploitation est maintenant dépassé, le mot « surexploitation » nous vient immédiatement à l’esprit quand on désire en parler. Le rythme actuel de consommation des ressources par l’humanité excède largement le rythme de renouvellement, selon une étude publiée le 24 Juin 2002 dans les Proceedings of The National Academy of Sciences (États-Unis). Selon ces scientifiques, la consommation de ces ressources par l’humain a fait tout un bond au cours des 40 dernières années, à tel point qu’il faudrait maintenant plus de deux années à la planète pour restaurer ce que l’on à consommé en une seule année.  Le groupe écologique Agir 21 a récemment lancé une campagne de sensibilisation sur internet pour sensibiliser les gens à leur empreinte écologique. Il s’agit d’une estimation de la superficie dont la Terre a besoin pour subvenir à nos besoins.  Ingénieux n’est-ce pas ? Sans compter que les résultats sont plus que troublants.

Autre sonnette d’alarme : une étude signée par les Amis de la Terre conclut que le rythme d’extraction s’accélère. Par rapport à la fin des années soixante-dix, la quantité de ressources nécessaires à la production de biens et services a explosé de 50%, atteignant environ 60 milliards de tonnes par année. Un Européen consomme 43 kg de ressources par jour, contre 10 kg pour un Africain. Et cette population riche a besoin des ressources des pays pauvres comme le montre la statistique suivante : bien que l’Européen moyen consomme 43 kg de ressources naturelles par jour, il n’en produit que 36 kg. Et la disponibilité de ces ressource on en fait quoi ?

Les ressources en nombres (Statistique)

la-taxe-carbone-pas-encore-presentee-mais-deja-contestee

De nombreuses études démontrent que nos ressources naturelles ne sont pas inépuisables. Bien au contraire, le monde est beaucoup plus près de l’épuisement de nos réserve, telles que le pétrole, le charbon ou encore le gaz naturel, que ce que les estimations de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) affirment. Celle-ci minimise le danger d’une pénurie pour ne pas créer un mouvement de panique, a affirmé “The Guardian” le 9 novembre 2009. Pourtant, dans son rapport annuel, le groupe pétrolier BP envisage l’épuisement des ressources pétrolières d’ici 2048, dans à peine 40 ans !

Imaginez un monde sans prétrole ou tout bonnement sans ressources fossiles ? Un monde ou le 3/4 de ces sources d’énergie n’existerait plus. Bonne ou mauvaise chose ? Bonne certainnement. Ces ressources que l’on nomme fossiles sont consituées du pétrole, du charbon et du gaz natuel. Il s’agit de ressources non renouvelables dont l’extraction et la transformation entraîne l’émission d’une grande quantité de gaz à effet de serre et de nombreux autres produits nocifs. Par ailleurs, les capacités « d’absorption » de ces produits « nuisibles » par la planète seraient dépassées depuis le début des années 90. C’est donc tout cet équilibre mondial qui est menacé par les énergies fossiles polluantes qui rejettent dans l’atmosphère les produits que la Terre avait absorbés pendant des millions d’années. En effet, les énergies fossiles constituent la réserve naturelle de carbone enfouie dans le sol, et à ce titre, c’est la mémoire carbonique de la Terre. Il aura fallu 400 millions d’années à la Terre pour créer ces réserves pétrolifères et moins de 200 ans à l’humain pour les épuiser, c’est-à-dire instantanément à l’échelle géologique. Épeurant, non ? Mais, nous ne pouvons pas nous arrêter là ! Ces ressources fossiles sont très inégalement réparties dans le monde. Elles sont donc une source de tensions et de conflits géopolitiques continus comme nous le démontre les nombreuses tensions au Moyen-Orient source non-négligeable de pétrole. Y aurait-il des solutions réalisables ? Serions-nous rendu au bord du gouffre ? Certains d’entre-vous pourraient prendre peur. Si nous n’utilisons plus ces ressources, comment vivrons-nous ? Où irons-nous chercher l’énergie dont nous avons tant besoin ? Devrons-nous survivre de chasse et de pêche comme il y a 10 000 ans ? Détrompez-vous, il ne s’agit pas là des seules ressources que la Terre peut nous apporter ! Bien au contraire, les ressources renouvelables comme le Soleil, le vent, la géothermie et les courants marins abondent et n’ont presque aucune limite. Elles constituent des ressources propres (peu de pollution) et inépuisables ou presque.

Esquisses de solutions dites durables

economies-energie

Les énergies propres et durables sont les énergies de demain. De tels propos sont rares, mais vous allez en entendre de plus en plus. Étant donnée la raréfaction des ressources et les changements climatiques auxquelles nous faisons face, de plus en plus de pays saisissent l’importance de trouver des alternatives aux sources d’énergie classiques. Il s’agit probablement encore de simples esquisses, mais elles nous ouvrent la voie. L’Allemagne, pionnière dans ce domaine, a pris conscience très tôt du potentiel des énergies renouvelables. Le pourcentage d’énergies renouvelables dans la consommation totale d’énergie en Allemagne est aujourd’hui de 8,4% (2007), atteignant même 14 % dans la consommation d’électricité ; ce pourcentage devrait atteindre entre 25 et 30 % en 2020. Avec près de 30 % de la production globale d’énergie éolienne, l’Allemagne est considérée comme le « champion du monde de l’éolienne ». La filière photovoltaïque se développe également à un rythme soutenu. Et on mélange de plus en plus de biocarburants comme le biodiesel et le bioéthanol aux carburants.

Face à la hausse constante de la consommation des sources d’énergie primaires, les alternatives ménageant le climat devraient constituer LA solution et, pour preuve, elles ne cessent de gagner en importance et pas seulement en Allemangne ! Pourtant, de nombreux pays ignorent encore ces alternatives. À titre économique, ils jugent que celles-ci ne sont pas suffisament rentablee. Le secteur, en pleine croissance, est souvent critiqué pour sa trop forte dépendance à l’égard des aides du gouvernement. Le bureau européen de l’environnement (BEE) soutient au contraire que les énergies renouvelables ont permis au pays d’économiser l’équivalent de 8,6 milliards d’euros qu’auraient représenté les dommages subis par l’environnement l’année dernière, sans compter que les possibilités d’emplois sont nettement supérieures et beaucoup plus propres comparativement aux emplois créés par le secteur des ressources fossiles. Selon la fédération, l’Allemagne a également réussi à réduire sa dépendance à l’égard des importations d’énergies, ce, grâce aux énergies renouvelables.

Alors, toujours pas convaincu ?

Références

Wikipédia

CIRS

Vision durable

Ce contenu a été publié dans Allemagne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *