Suremballage: un problème mondial

Josée-Ann Myre et Julie Coulombe (2015)

Suremballage: un problème mondial

L’environnement est touché par bien des problèmes. Les pluies acides, les extinctions de plusieurs espèces et la couche d’ozone qui se dégrade en sont des exemples. Pour notre part, nous allons aborder le sujet du suremballage causé par les humains.  En premier lieu, nous allons vous parler du problème et puis, après, des solutions que nous avons trouvées.

Le problème

Premièrement, voici les raisons du suremballage. Le suremballage est causé par trois sortes d’emballages. La première est celle qui contient l’aliment ou l’objet. Il se nomme emballage de vente. Par exemple, il y a le sac d’oranges. Il est parfois essentiel pour que la marchandise soit vendable. Voici un autre exemple: le récipient de jus d’orange.

La deuxième source de suremballage est l’emballage  qui recueille le premier emballage d’un produit. Il est utilisé pour vendre par 2 produits ou plus dans le même emballage. Nous le nommons l’emballage secondaire. Ainsi, quand les canettes de boissons gazeuses sont emballées dans une boîte, la boîte constitue un emballage secondaire.

Le dernier se nomme emballage de transport. Il enveloppe le deuxième emballage. Par exemple, lorsqu’un produit est transporté par bateau, il sera emballé dans une caisse, ce qui fait du suremballage. En plus, le consommateur payera plus cher le produit si celui-ci possède un emballage.

L’emballage est fait pour protéger la salubrité du produit lors de la vente et du transport tandis que le suremballage facilite l’achat en grande quantité et le transport des produits. Selon Statistique Canada, un canadien jette environ un demi-kilo par jour, soit 400 livres par an, d’emballages. L’emballage cause des îles de plastiques ainsi que de la pollution.

800px-suremballage

source

Les solutions

Maintenant que nous avons vu le problème, nous allons vous présenter plusieurs solutions.

Réduction d’emballages

On peut choisir des produits qui sont le moins emballés possible.  Par exemple, si vous avez le choix entre des petits contenants de yogourt ou un grand pot de yogourt, le pot serait le meilleur choix pour l’environnement. Il est vrai que, parfois, le produit doit absolument être emballé, mais nous pouvons quand même choisir celui qui contiendra le moins de plastique ou autres matières polluantes, ce qui réduira déjà la quantité d’emballages supplémentaires. De plus, ce petit geste pourrait faire diminuer la quantité d’emballage d’environ 26 kilogrammes par personne par année de nos bacs à recyclage. En résumé, pour prendre des meilleures décisions, si vous avez le choix entre des biscuits emballés individuellement dans une boîte ou une boîte de biscuits emballés dans le même emballage, le deuxième choix est meilleur.

Eau du robinet vs eau embouteillé

Notre deuxième solution est d’utiliser l’eau du robinet à la place des bouteilles d’eau  faites de plastiques jetables. Peu importe l’eau que l’on prend, l’eau du robinet et l’eau embouteillée sont soumises à des normes strictes. Quelques fois, l’eau embouteillée est la même que celle du robinet, si ce n’est que cette dernière a subit un ajout de chlore. Dans l’eau en bouteille, on retrouve davantage de bactéries, mais celles-ci sont inoffensives pour les êtres humains. Il faut donc prendre l’habitude de remplir des bouteilles d’eau réutilisables pour réduire la quantité de  plastique.

 

Bonnes habitudes à l’épicerie

Une autre solution est d’apporter nos plats réutilisables à l’épicerie avant qu’on n’emballe le produit. Par exemple, si on va acheter de la viande, le boucher peut mettre la viande dans les plats à la place de l’emballage de styromousse. Pour les fruits et les légumes, on peut les mettre dans des sacs réutilisables ou dans des sacs spécialement conçus pour les fruits et les légumes. Il s’agit de sacs réutilisables avec des trous pour laisser de l’air aux légumes et aux fruits. Souvent, ils sont refermables. Les aliments se gardent plus longtemps tout en étant frais. De plus, on devrait réduire l’utilisation des sacs en plastiques lorsque nous faisons des achats dans les magasins. À la place, nous pouvons utiliser des sacs réutilisables.

 Blue_reusable_shopping_bagsource

Recyclable ou pas?

 On peut aussi recycler le plastique. Si l’objet en question porte le numéro 1, 2, 3, 4, 5 ou 7, il est presque toujours recyclable. Pour savoir si le produit est réutilisable , il suffit de trouver la petite icône avec trois flèches en forme de triangle comme ceci:recycling-254312_640source

Notre dernière solution, pour contrer le suremballage : acheter en vrac pourrait aider à diminuer les quantités d’emballages.

sources:

nature-obsession

 la vie en vert

natura-sciences

récupérer, c’est recréer

ecoclicot

wikipédia

canal vie

guide du consommateur canadien

Ce contenu a été publié dans France, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *