Toitures et murs végétalisés

Par Marie-Soleil Hamel et Mylène Giraldeau (2016)

Toitures et murs végétalisés

Le problème  

Depuis plusieurs années, la destruction de l’environnement est un sujet délicat qui en inquiète plus d’un. Parmi les nombreux problèmes qui affectent la planète, on compte les îlots de chaleur en milieu urbain. Ceux-ci ont de nombreuses répercussions, au niveau environnemental.

File:Atlanta thermal.jpg

Source

Qu’est-ce qu’un îlot de chaleur?

Les îlots de chaleur sont des élévations de température dans une partie restreinte et précise d’un milieu urbain. Dans une ville, des différences de température importantes peuvent être observées d’un quartier à un autre. Par exemple, dans la région métropolitaine de Montréal, les îlots de chaleur sont de plus en plus marqués. On peut y observer des variations de température pouvant aller jusqu’à 5°C de plus que la moyenne enregistrée cette journée là. Ce sont des microclimats artificiels, c’est-à-dire que les conditions climatiques limitées à cette toute petite zone sont très différentes du climat général de la région où se trouve cette zone.

Les causes

Plusieurs facteurs ont un impact sur la formation des îlots de chaleur. Une activité humaine intense et concentrée dans les villes contribue à ce problème. Les sources de chaleur continue comme les usines, les moteurs à explosion, les systèmes de climatisation et l’eau chaude circulant dans les égouts réchauffent constamment certaines régions des villes.  L’urbanisation crée un milieu qui absorbe beaucoup de chaleur solaire à cause des surfaces noires comme le goudron et l’asphalte. Celles-ci sont des corps noirs, donc une surface pâle telle que la neige ou l’herbe, réfléchira plus de rayonnement qu’une surface noire telle que le goudron ou l’asphalte. Ces surfaces, qui sont noires, absorberont plus de rayonnement, ce qui augmentera la température de l’air ambiant. De plus, les revêtements imperméables et les matériaux des bâtiments influencent le microclimat. En effet, ils peuvent absorber beaucoup de chaleur. En été, la température de certains d’entre eux peut s’élever jusqu’à 80 °C et ceux-ci rediffusent cette chaleur dans l’atmosphère pendant la nuit. C’est ce qui réchauffe les villes et crée les îlots de chaleur.

Les conséquences

Voici certains des problèmes reliés aux îlots de chaleur: ils diminuent les rosées, brumes et brouillards qui contribuent à filtrer l’air des aérosols et de certaines poussières et pollens en suspension ce qui nuit à la qualité de l’air et augmente les effets néfastes du smog. Le smog est une brume brunâtre épaisse. Cette brume est causée par un mélange de polluants atmosphériques constitués de particules d’ozone troposphérique et de substances provenant des centrales au charbon et des gaz d’échappement. Autrement dit, il s’agit d’un nuage de pollution causant plusieurs problèmes sanitaires et environnementaux comme la détérioration des végétaux et des structures, les problèmes de visibilité et de brume, l’irritation des yeux, du nez et de la gorge, il peut aussi empirer des problèmes cardiaques ou pulmonaires et, dans certains cas, il peut entraîner une mort prématurée. En plus, les îlots de chaleur renforcent également les risques de canicules et de précipitations, car, si la Terre se réchauffe, l’eau des océans s’évapore davantage, causant donc plus de précipitations selon le cycle de l’eau.

La solution

En quoi consistent les toitures et les murs végétalisés?

Les murs et les toitures végétalisés sont tout simplement des murs de bâtiments, des murailles, ou même des clôtures qui sont recouverts de plantes grimpantes ou autres végétaux et qui peuvent ressembler à un «mur de plantes». On retrouve également ce même principe sur des toitures de maisons ou d’immeubles. Les toits sont recouverts de jardins, de fleurs ou tout simplement d’herbe. Par exemple, en France, ce concept a été mis en place notamment par un chercheur  botaniste nommé Patrick Blanc qui a installé de nombreux murs végétaux à travers le pays. Grâce à celui-ci nous pouvons retrouver plusieurs hôtels ou musées recouverts de végétaux à Paris, sans compter sa propre maison qui est recouverte de différents végétaux.

Source

Les bienfaits

Ces murs verts ont pour effet de refroidir et de régulariser la température des bâtiments. En effet, les nombreuses plantes réduisent l’ensoleillement et font baisser la température des immeubles, car, grâce à la photosynthèse, celles-ci exploitent la lumière du soleil pour synthétiser la matière organique, ce qui réduit l’utilisation des climatiseurs, qui réchauffent l’air et contribuent à la formation des îlots de chaleur. Ces murs ont également comme impact de purifier l’air, ce qui contrebalance l’effet néfaste des îlots de chaleur sur les rosées et les brumes.

En plus de contribuer à résoudre les problèmes reliés à ces microclimats urbains, les murs et les toitures végétalisés apportent plusieurs autres bienfaits. Par exemple, les racines des plantes assèchent les sols près des bâtiments et réduisent les risques d’infiltration d’eau. De plus, ces murs protègent les bâtiments contre les effets corrosifs des pollutions urbaines, comme les pluies acides et la pollution atmosphérique et contre l’humidité, ce qui augmente la durabilité des immeubles et contribue à leur préservation. En effet, la présence d’acide dans les pluies augmente considérablement leur effet corrosif, ce qui accélère l’érosion naturelle et abîme les bâtiments plus rapidement. Heureusement, les toitures et les murs végétalisés semblent être une bonne initiative pour contrer quelques uns de ces effets néfastes pour l’environnement.

Références : 

Wikipédia Îlots de Chaleur,

Le Devoir,

Mon Climat ma Santé,

PDF,

Météo Centre,

Wikipédia Smog,

Canadiens en Santé,

Environnement et Changement Climatique Canada,

Maxi Sciences,

Mur Végétal Patrick Blanc,

Wikipédia Photosynthèse,

Pluies Acides

Ce contenu a été publié dans France, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *