Une deuxième vie pour l’humain

Par Noah Tremblay Taillon                                                                                                                  Jeanne-Marie Vincent                                                                                                                            (2016)

Une deuxième vie pour l’humain

Un problème écologique important

La déforestation est un problème présent partout dans le monde. C’est une problématique qui est causée par un déboisement massif relié à plusieurs facteurs : l’extension des territoires agricoles, la construction de routes et de barrages hydroélectriques, la coupe pour faire du bois de chauffage, etc. La déforestation touche gravement, entre autres, les forêts tropicales : en 2010, on évalue qu’environ 5 millions d’hectares de forêts tropicales ont été coupées. Quant aux forêts tempérées, elles ont pratiquement disparu et plus de 8 000 km² de forêts boréales sont coupées, chaque année, au Canada. Si on rassemble tous les pays victimes de déforestation illégale entre 2000 et 2010, plus de 100 millions de mètres cubes de bois ont été coupés illégalement.forat 2

Source de l’image

De 2000 à 2013, le Canada a perdu environ 7,3% de forêt boréale intacte. Une forêt intacte est une forêt qui n’a jamais été fragmentée ou dégradée, par exemple, par la construction d’une autoroute. Au Canada, les principales causes de cette déforestation massive sont les coupes pour construire de nouvelles infrastructures, comme des maisons et des routes, pour l’agriculture et l’élevage et pour des usages commerciaux, comme la construction de meubles.

Ces coupes à blanc entraînent plusieurs conséquences : une dégradation des sols qui est causée par le passage des engins lourds, une augmentation de CO2 dans l’air, la destruction d’habitats naturels pour certaines espèces animales, une augmentation des feux de forêt parce que la température augmente à cause du réchauffement climatique et crée des combustions spontanées de végétation. De plus, la forêt dégradée devient plus sensible aux changements climatiques, ce qui entraîne une augmentation des émissions de gaz à effet de serre, créant un cercle vicieux où le réchauffement climatique dégrade la forêt, qui augmente le réchauffement par la suite.

Des cimetières verts pour contrer la déforestation

Afin d’améliorer cette situation qui touche la planète entière, deux Italiens, Anna Citelli et Raoul Bretzel, ont trouvé une solution écologique  qui pourrait aider à contrecarrer ce problème. Madame Citelli vit à Milan et travaille pour une société qu’elle a elle-même fondée avec deux de ses amis et qui apporte du soutien créatif à l’art conceptuel (mouvement d’art contemporain apparu dans les années 1960 qui décrit l’art comme n’étant pas défini par les propriétés esthétiques de l’objet ou de l’œuvre, mais par le concept ou l’idée de l’art. Les artistes cherchent à définir ce qu’est l’art et ce qui ne l’est pas), l’illustration 3D et le matte painting (procédé cinématographique qui consiste à peindre un décor sur une surface plane tout en laissant des endroits vides pour ensuite venir y ajouter des scènes filmées). Raoul Bretzel vit à Rome et est passionné par le design. Il est engagé depuis 10 ans dans ce projet pour contrer la déforestation. Il travaille sur sa conception et sa réalisation concrète. Source de l’image

forat

Le projet de ces deux Italiens est une manière originale et écologique d’amener une perception différente de la mort de nos proches. Il s’agit d’un cercueil en forme d’œuf conçu avec des matériaux biodégradables, où nos proches défunts seront placés pour l’enterrement. Les cendres seront placées dans de petites capsules, tandis que  les corps seront placés en position fœtale dans de grandes capsules. Ensuite, un arbre choisi par le défunt avant son décès est planté sur le dessus en guise de « pierre tombale », mais aussi pour aider à préserver l’avenir de notre planète et de ses forêts. Ainsi, les cimetières auront un tout nouveau look : au lieu d’être ternes et peu accueillants, ils se transformeront en forêt verdoyante et pleine de vie. Le projet n’est pas encore mis sur pied, car les cimetières verts sont illégaux, pour l’instant, en Italie, mais avec tous les efforts que ces deux Italiens mettent dans leur projet et l’enthousiasme des pays anglophones face à leur idée, nous pensons que leur rêve pourrait bien devenir réalité.

Si vous voulez voir des images intéressantes sur le sujet, cliquez ici!

Références:

CapsulaMundi 

LaPresse 

Greenpeace

Wikipédia

 

 

Ce contenu a été publié dans Italie, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *