Des gants jetables biodégradables?

Antonin Turcot et Zachary Dumouchel (2022)

Le problème des gants chirurgicaux

Depuis maintenant plusieurs décennies, les hôpitaux, laboratoires et industries diverses ont tendance à utiliser, entre autre, des gants en latex. Le latex est la forme de caoutchouc la plus élastique. Il est très étanche et conduit très mal la chaleur. Il est aussi très sensible à la lumière ce qui lui vaut une décoloration rapide lorsqu’il y est exposé. On le retrouve sous 2 formes. Il y a le latex naturel provenant de la culture écoresponsable des hévéas, une espèce d’arbres qui, lors de l’incision de l’écorce, produit du caoutchouc à partir de sa sève. Cependant, ce processus représente une très faible partie de la production mondiale de caoutchouc. Il y a aussi le latex synthétique. Celui-ci est produit à partir d’hydrocarbures, ce qui en réduit la durabilité et est beaucoup plus polluant. Ce processus est davantage employé par les industries puisqu’il est plus rapide et peut être ensuite utilisé pour fabriquer des produits moins élastiques comme un pneu par exemple.

Les gants en latex synthétique ainsi que ceux en nitrile non biodégradable peuvent causer plusieurs problèmes. Premièrement, les gants utilisés actuellement un peu partout sur la planète sont principalement fabriqués à partir de caoutchoucs synthétiques et de polymères thermoplastiques. Ceux-ci contiennent beaucoup de molécules propices à provoquer des réactions allergiques : plastifiants, colorants, antioxydants, etc.

Il y a aussi les problèmes environnementaux causés par les gants. Une partie de ces gants jetables se retrouve dans les rivières et autres cours d’eau, puis dans les océans. Les gants vont ensuite libérer des microparticules qui peuvent être nocives pour les espèces marines lorsque celles-ci les ingèrent. De plus, sur la terre ferme lors de leur décomposition, les gants rejettent beaucoup de déchets toxiques notamment dans les sols. Par exemple, lors de leur incinération, ils peuvent dégager de l’acide chlorhydrique ou de l’acide cyanhydrique.

Selon des recherches, plus de 100 milliards de gants sont jetés par année et la majorité d’entre eux mettent plus de 100 ans à se décomposer. De plus, le nombre de gants jetés après leur unique utilisation a augmenté à cause des nombreuses hospitalisations liées à la COVID-19 depuis les 2 dernières années. C’est pour cette raison que nous devons agir et trouver une solution efficace à ce problème majeur.

Notre solution:

Une solution se trouvait sous nos yeux depuis longtemps. Saviez-vous qu’il existe des gants plus durables et résistants aux produits corrosifs et dangereux, en plus d’être biodégradables?

C’est précisément le sujet de notre article. Aux États-Unis, des chercheurs en produits biodégradables ont fait beaucoup de recherches pour finalement être en mesure de créer des gants en bio-nitrile. Ils sont bien meilleurs pour l’environnement et peuvent être achetés sur plusieurs plateformes en ligne. Les prix peuvent aller jusqu’à 250$ pour une simple boite de 1000 gants même si ces prix peuvent varier. Cela nous donne environ 4 gants pour 1$ tandis que le coût des gants habituels se situe à 5 gants pour 1$. La différence de prix n’est pas si importante.

Ainsi, les hôpitaux, cliniques, laboratoires et les industries ne seront pas nécessairement désavantagés financièrement puisque les prix sont raisonnables. De plus, ils seraient capables de ralentir la pollution causée par les gants jetables non biodégradables, car ces gants sont faits en bio-nitrile et non en nitrile industriel. Maintenant, il y a peut-être une question qui vous passe par la tête : pourquoi le bio-nitrile est-il meilleur pour la Terre que les autres composants?

Qu’est-ce que le bio-nitrile et le nitrile industriel et quelles sont leurs propriétés?

Premièrement, le nitrile industriel est une sorte de caoutchouc artificiel formé grâce à la déshydratation des amides ce qui lui donne une forte résistance à plusieurs huiles comme le pétrole et à un large éventail de produits chimiques particulièrement corrosifs tels l’acide chlorhydrique. Quant au bio-nitrile, il est issu de la fusion du nitrile normal avec un composé provenant de la biomasse, ce qui lui permet de se décomposer plus rapidement et sans résidus toxiques pour l’environnement. Ce composant a donc tout pour être utilisé plus souvent que le nitrile, le latex chirurgical ou tout autre type de caoutchouc.

(Formule chimique du nitrile)

Bref, opter pour des gants en bio-nitrile à travers le monde serait beaucoup plus logique grâce à ses propriétés : le bio-nitrile plus résistant que la plupart des caoutchoucs et permet aussi une décomposition plus rapide et plus saine pour l’environnement.

Références:

Amazon

Showa group

J-flex

Securistock.fr

Aideôchoix.com

latex

Afas

Ce contenu a été publié dans États-Unis, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.