La disparition des rhinocéros

Luana Cousineau, Ariane Dubuc (2022)

Le problème

La disparition de plusieurs espèces animales à travers le monde s’accélère d’une année à l’autre. En effet, environ 26 280 espèces animales ou végétales disparaissent actuellement chaque année, ce qui correspond à une espèce toutes les 20 minutes. Nous avons perdu beaucoup d’espèces pour une multitude de raisons. Dans le cas des rhinocéros, nous n’avons jusqu’à présent perdu aucune espèce. Cependant l’une des deux sous-espèces de rhinocéros blanc est vouée à l’extinction puisqu’il n’existe maintenant que deux individus femelles. Quelle est la principale cause de la disparition des rhinocéros ? Ils sont simplement chassés pour leurs cornes.

En Afrique du Sud, la disparition des rhinocéros devient un énorme problème. Depuis 2008, un braconnage important a eu lieu. En 2014, 1215 rhinocéros ont été tués. Heureusement, en 2019 ce chiffre a diminué de 621, donc 594 bêtes ont été tuées. Des contrebandiers endorment les rhinocéros avec des fléchettes hypodermiques pour ensuite sectionner leur corne à l’aide d’une tronçonneuse ou d’une hache. Puisque ce n’est que la corne qu’ils enlèvent, l’animal ne meurt pas instantanément. Il se réveille, puis s’effondre quelque temps après, car il a perdu trop de sang. La corne peut souvent être vendue sur le marché noir ou exportée vers l’Asie et revendue à des intermédiaires. Elle est utilisée pour faire des statues et même en médecine traditionnelle asiatique pour soigner la fièvre et les maladies cardio-vasculaires. La demande est très grande en Chine et au Vietnam. Il n’y a toutefois aucune validation scientifique de telles vertus thérapeutiques. Tout cela pour dire que 4 des 5 espèces de rhinocéros (rhinocéros blanc et rhinocéros noir en Afrique; rhinocéros unicorne d’Inde, rhinocéros de la Sonde et rhinocéros de Sumatra en Asie) sont maintenant en voie d’extinction ou en danger critique parce qu’on les chasse pour leur corne.

Les cornes des rhinocéros sont souvent coupées à la racine par les braconniers. À ce moment, la corne ne pourra repousser, le rhinocéros perdra beaucoup de sang et en mourra.

Si l’on continue à couper les cornes de ces pauvres bêtes de cette façon, les rhinocéros disparaîtront pour de bon. Une étude du WWF (World Wildlife Fund, une organisation internationale qui travaille à la conservation des espèces en péril, à la protection des habitats menacés et à la lutte contre la crise climatique) démontre que depuis environ 40 ans, la taille des populations animales de la planète a diminué de 60 %.

Solution

Plusieurs solutions ont été trouvées au cours des années pour améliorer la situation des rhinocéros et empêcher qu’on les tue pour leur corne. Par exemples : établir plus de réserves pour rhinocéros, renforcir les lois contre le braconnage, etc. La solution principale qui est utilisée pour régler ce problème est de couper les cornes avant que les braconniers ne le fassent, mais de façon sécuritaire, sans blesser l’animal, afin qu’elles repoussent après un certain temps.

Tout ce que les scientifiques font, c’est d’endormir la bête pour réduire le stress de l’animal au moment de couper la corne. Ils prennent ensuite une tronçonneuse pour couper la corne en s’assurant de ne pas endommager le nerf qui connecte celle-ci au cerveau. Ils mesurent 4 doigts à partir de la base de la corne avant la coupe. La corne repousse très bien après un bout de temps, mais cela peut prendre de 18 mois jusqu’à 2 ans. On doit alors la couper à nouveau. Cette action se fait sur tous les rhinocéros du même troupeau pour que les bagarres demeurent égales pour toutes les bêtes.

Cette solution semble efficace puisqu’entre 2012 et 2018 la population des rhinocéros noirs a augmenté à un taux annuel de 2,5% sur tout le continent africain passant d’environ 4845 à 5630 animaux.

Références

Theconversation

Lapresse

Québecscience

youmatter

Afrique du Sud

Espèces menacées

Ce contenu a été publié dans Afrique du Sud, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *