Magique, ce sac de plastique!

Par : Zachary Thibault, Nathan Léger et Jérémy Tétreault (2021)

Le plastique est l’un des principaux polluants de nos océans. On y retrouve maintenant plusieurs « continents de plastiques ». Les sacs de plastique qui ne sont pas biodégradables sont devenus un symbole important d’une société de consommation connue comme celle du « jetable ».

Ces sacs, qui ont une utilisation unique pour la plupart des gens, mettent en danger la faune et la flore marine pour de nombreuses années. Une seconde seulement est requise pour la fabrication d’un sac de plastique qu’on utilise en épicerie, pour en moyenne 20 minutes d’utilisation, mais la décomposition peut prendre jusqu’à 15 ans. Même après ces 15 années, il reste des microparticules qui contaminent nos eaux et terres fertiles.

Une faune en danger

Ces microplastiques, des morceaux de plastiques qui font moins de 5 millimètres, peuvent être mangés par des petits organismes et cela contamine les chaînes alimentaires. Les débris marins, comme les déchets plastiques, sont donc une grande menace pour nos étendues d’eau comme pour les espèces aquatiques.

Source de l’image

Malgré le fait que des milliers de bénévoles ramassent les débris sur les rivages à chaque année, la quantité de déchets recueillie est moins grande que celle qui est jetée et répandue partout sur le globe.

Une solution révolutionnaire

La solution qui a été mise en place par une entreprise chilienne est un sac de plastique qui est composé d’un dérivé de roche calcaire et qui utilise comme liant l’alcool polyvinylique, qui est soluble dans l’eau. Le sac en question serait non polluant puisqu’on remplace le pétrole nécessaire à la fabrication du plastique traditionnel par ce dérivé du calcaire qui laisse l’eau pure et incolore contrairement au pétrole lors de la décomposition du sac.

Un des avantages de ce sac, c’est que, parce qu’il n’y aura pas formation de microparticules, celui-ci ne demeurera pas plus de 5 minutes dans la nature. On pourra maintenant recycler nos sacs de plastique dans une casserole ou une baignoire par exemple. Le prix de production est le même qu’un sac ordinaire, seule la composition chimique change.

Dans une vidéo démonstrative, le directeur de l’entreprise, dissout l’un de ses prodigieux sacs dans une carafe d’eau et la boit immédiatement après. Le directeur mentionne que sans la Chine ce projet n’aurait pas été possible, car l’entreprise sud-américaine à utilisé la recette qui a été développée par une entreprise chinoise. Produire ces sacs est similaire au procédé de fabrication du pain. Leur farine est le dérivé de roche calcaire, l’eau est est remplacée par l’alcool polyvinylique et le reste des ingrédients a été approuvé par la FDA (l’agence en charge de la sécurité alimentaire et des médicaments aux États-Unis).

Références : LaPresse

Futura-Sciences

Ce contenu a été publié dans Chili, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *