Restauration des coraux

Angelica Toribio-Vincent, Amélie Courtemanche (2022)

Les récifs n’occupent qu’une petite partie des fonds marins, moins de 0,2 %. Cependant, ils occupent plus de 150 000 km de côtes et on les retrouve dans plus de 100 pays et territoires. Ils sont très importants pour la vie marine. Ils agissent comme abris contre les prédateurs. Ces récifs servent aussi à la reproduction et comme nurserie pour les poissons. Les coraux sont un des écosystèmes les plus importants. Ils abritent presque 4000 espèces connues de poissons et des millions d’espèces de microorganismes. Les récifs coralliens abritent le quart de la vie marine. Des coraux en santé permettent la reproduction de 5 à 15 tonnes de poissons, mollusques, crustacés et autres invertébrés par km carré. Les récifs coralliens forment de grandes barrières qui absorbent efficacement les éléments qui proviennent du large, par exemple la force des vagues. Ils contribuent à la réduction de l’érosion des bords côtiers. Les récifs minimisent les dommages qui peuvent être causés par des tempêtes ou des ouragans. Les coraux ne protègent pas seulement la faune, mais aussi les humains. Plus de 275 millions de personnes habitent à moins de 30 km des récifs.

Oh oh, problème!

À cause du réchauffement climatique, la température de l’eau augmente, cela affecte grandement les coraux dont ceux de la Grande Barrière de corail australienne ou 98% des récifs ont été touchés depuis 1998. Ce phénomène qui cause le dépérissement se traduit par une décoloration. Cette décoloration vient de l’expulsion des algues symbiotiques qui donnent habituellement de la couleur aux coraux.

Le réchauffement climatique n’est pas la seule raison de l’extinction des coraux.  Il y a aussi la pêche au cyanure qui consiste à vaporiser dans l’eau un mélange de cyanure de sodium dans le but d’étourdir les poissons afin de les pêcher plus facilement. Il y a également la pêche à la dynamite ainsi que la pêche muroami qui se consiste à frapper les coraux à coups de bâton.

Yé, yé : solution!

Une organisation australienne nommée Reef Restauration and Adaption Program, a trouvé une solution pour aider les récifs coraliens. Il s’agit de cultiver les coraux en aquaculture, puis de procéder au déploiement en milieu naturel. Afin de rendre les coraux plus tolérants à la chaleur, les chercheurs vont déplacer des coraux naturellement adaptés aux eaux chaudes vers les récifs où les coraux le sont moins en utilisant une technique d’aquaculture semi-automatisée.

Ils peuvent aussi utiliser une technique sexuée par ensemencement de coraux ou une technique asexuée en utilisant des fragments de corail. Lorsque les coraux ont grandi en laboratoire et sont prêts à être plantés, c’est à ce moment que le déploiement prend place. Les scientifiques vont les installer au fond de l’eau avec l’aide de plongeurs et de petits navires. L’organisation a comme objectif de produire entre 10 et 100 millions de coraux par année.

Mikhail Matz et Line Bay, des écologistes membres de l’Institut australien de science marine et co-auteurs, ont trouvé une autre solution intéressante. Ils mélangent des coraux provenant de différentes latitudes. Les coraux qui sont plus résistants à la chaleur, comme ceux de la mer des Caraïbes, vont être utilisés en les implantant artificiellement, afin d’aider à la conservation et la restauration des récifs menacés. Ils utilisent des larves de coraux qui ont certains traits génétiques qui les aident à devenir plus résistants pour qu’ils se greffent sur les autres récifs coralliens qui le sont moins.

les références

pur project

reef resilience network

wwf.france

coral guardian

reef restoration and adaptation program

sciences et avenir.fr

Ce contenu a été publié dans Australie, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.